Une tranche de steak au milieu de la table

Sonia Côté, coordonnatrice de Loge m'entraide... (Archives Le Progrès)

Agrandir

Sonia Côté, coordonnatrice de Loge m'entraide

Archives Le Progrès

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / La population sait que depuis 2013, Loge m'entraide et ses militants, au nom des ménages locataires à faible revenu de Saguenay, luttent pour fonder la coopérative d'habitation la Solidarité dans l'arrondissement de Jonquière, secteur Kénogami. La population sait aussi que ce projet a reçu l'appui de la collectivité en 2016 par une récolte de 112 000 $ en dons (69 donateurs-trices) et 5600 pétitionnaires qui réclament une aide municipale de 71 300 $ par année pendant 10 ans et un rabais de taxes de 25 ans.

Le 23 mars 2017, nous avons rencontré la chef de l'ERD, candidate à la mairie de Saguenay. Parmi les 5 engagements électoraux que nous lui avons présentés pour faire avancer le droit au logement et reculer la pauvreté, un était sans concession : offrir dans les 2 premiers mois du mandat de maire, l'aide municipale requise pour fonder la coopérative d'habitation la Solidarité.

Puisque ce projet est une construction neuve (car un terrain est trouvé à Kénogami) et que l'ERD privilégie le recyclage d'immeubles, la candidate a refusé de s'engager à aider ce projet à naître. Et ce, même s'il avait été sous forme de recyclage, car, dit-elle, sous sa gouverne, il faudra rechercher « l'acceptabilité du projet » en le soumettant à une nouvelle table de concertation où des acteurs comme Loge m'entraide, des propriétaires d'immeubles à logements, l'OMH, etc. devront débattront entre eux si le projet doit naître ou non selon l'enveloppe municipale qui sera mise à leur disposition.

 Autrement dit, l'ERD mettrait une belle grosse tranche de steak (aide financière) au milieu de la table devant des acteurs qui ont à la fois des missions reliées et opposées, tous affamés à fonder des projets qui leur tiennent à coeur. Qui l'emporterait ? Le plus faible ou le plus fort ? 

Bref, en refusant de s'engager formellement, la candidate de l'ERD ne démontre pas une volonté politique ferme d'aider ce projet à naître. Pourtant, entre refuser de signer un engagement et privilégier le recyclage d'immeubles, n'y aurait-il pas un juste milieu à adopter face à un besoin urgent réclamé depuis 4 ans par une portion vulnérable de notre société qui ne leur manque que très peu pour atteindre leur but ?

Par exemple, pourrait-elle s'engager à aider cette construction neuve et privilégier le recyclage d'immeubles pour les nouveaux projets qui viendront après les élections ? Quand on veut véritablement aider des locataires appauvris à réaliser un projet de logements sociaux qui améliorera leur condition de vie et celles des autres, le coeur doit s'ouvrir à leurs besoins, à leur souffrance, pour ensuite offrir une solution qui n'aura pas pour but de faire flétrir, mais fleurir leur espérance.

Nous invitons donc la candidate de l'ERD à réviser sa position pour l'engagement que nous lui réclamons à nouveau au projet de la Solidarité. Si Loge m'entraide doit se battre autant avant l'élection pour recevoir un engagement pour un projet aussi rassembleur et évident à aider, qu'en sera-t-il après l'élection ? Allez Mme la candidate de l'ERD ! Prouvez-nous que vous êtes capable de changer d'idée en faveur des locataires appauvris qui vous demandent un engagement en faveur de leur projet !

Sonia Côté

Loge m'entraide

Quelle place pour les chrétiens ?

La motion M-103 qui condamne « l'islamophobie » a été passée à la Chambre des communes le jeudi 23 mars 2017. Parmi les opposants, on demandait que toute forme de discours à caractère discriminatoire ou méprisant sur n'importe laquelle religion soit condamné, ce fut refusé par M. Trudeau et ses députés libéraux. Pour les médias et aussi monsieur Tout-le-Monde, la liberté d'expression vient d'encaisser tout un coup. Il semble que M. Trudeau soit sur la même longueur d'onde que les musulmans. Notre pays prend de plus en plus de décisions anti-chrétiennes, rompant avec le fondement de notre pays.

Il est à noter que dans les pays à haut pourcentage de musulmans, si une personne d'une famille musulmane se convertit au christianisme, elle risque sa vie et bien souvent, se fait assassiner (mais faut pas le dire, car ce sera classé islamophobie).

Dans le christianisme, nous sommes encouragés à ne pas rendre le mal qu'on nous fait, mais plutôt à pardonner. La plupart des religions affirment connaître la vérité, toutefois, dans le christianisme, la vérité est une personne, Jésus-Christ. Dans l'évangile de Jean chapitre 14, verset 6, on y lit : « Jésus lui dit : " Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. " » Quand Jésus dit cela, soit nous y croyons, soit nous refusons d'y croire.

Par ses dirigeants, notre pays est devenu officiellement anti-chrétien, mais encore là, nous sommes exhortés à prier pour ceux qui nous gouvernent. Pas toujours aisée la vie chrétienne.

Si les chrétiens demandaient une motion « christianophobie » à la Chambre des communes, je suis certain que M. Trudeau s'y opposerait fermement ; généralement, on appelle cela « deux poids, deux mesures ». La neutralité est une chimère.

Jacques André Fortin

Dolbeau-Mistassini




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer