«Hôtel-Dieu»

L'histoire une fois de plus, tend à la disparition. Les cinq grands hôpitaux de... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

L'histoire une fois de plus, tend à la disparition. Les cinq grands hôpitaux de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean portaient le nom d'Hôtel-Dieu, jusqu'à tout récemment. Voilà la réponse entendue au téléphone présentement : « Bienvenue au Centre intégré universitaire de Santé et des Services sociaux, de l'Hôpital de Roberval». Si on résume, c'est le « CIUSSS» qui répond. L'Hôtel-Dieu de Roberval a ainsi changé de nom, sans plus.

Je vous explique: dans les années 1960-1970, le temps était venu pour le gouvernement québécois de prendre les responsabilités en matière de soins de santé lesquels ont été assumés dans notre région par les Augustines Hospitalières depuis 1884. Voilà une première date importante.

Historiquement, ces Augustines sont les fidèles descendantes des trois premières religieuses françaises, venues de Dieppe en 1639, sur demande du gouverneur de l'époque. Elles mettent sur pied l'Hôtel-Dieu de Québec qui demeure le premier hôpital établi en Amérique, au nord du Mexique. Et, le 24 mai 1884, elles prendront en charge le premier Hôtel-Dieu du Saguenay-Lac-Saint-Jean à Chicoutimi.

Par la suite, elles ont bâti et administré l'Hôtel-Dieu de Roberval en 1918, l'Hôtel-Dieu d'Alma, en 1954, l'Hôtel-Dieu de Jonquière, en 1955 et l'Hôtel-Dieu de Dolbeau, en 1955 également. Tous ces hôpitaux ont porté cette appellation, précieux héritage de leurs origines françaises. Les Augustines ont ainsi assuré les soins aux malades, la formation du personnel, infirmier, auxiliaire, technicien et autres. Elles ont accepté les syndicats de leurs employés et maintenu les emplois localement, assurant ainsi le bien-être des familles éloignées des grands centres, et tout cela dans la pénurie, et pendant plus d'un siècle.

Leur enracinement mérite plus qu'un souvenir. L'histoire ne s'efface pas. Que l'honneur leur soit rendu! La noblesse de ce nom « Hôtel-Dieu » leur appartient, comme notre gratitude, immense.

Nicole Guy

Roberval




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer