Le PM a raison

OPINION / Le catastrophisme de dernier recours du Comité pour un Vaudreuil... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Le catastrophisme de dernier recours du Comité pour un Vaudreuil durable (CVD) a atteint son point culminant avec la décision du premier ministre sur la tenue d'audiences du BAPE, exigé par ce comité dans le projet Vaudreuil 2022, ce qui leur fait perdre le peu de sérieux qu'ils avaient. Prétendre que la région va fermer dans 25 ans comme argument massue fait pâlir le rationnel dans leur argumentation qui, jusqu'à un certain point avait de bonnes justifications.

L'attitude du CVD dans sa déviance de qualificatif constitue du taxage politique pur et simple pour attaquer tous ceux qu'ils ciblent dans leur combat mené par l'intransigeance qui est la plus mauvaise conseillère. Taxer le premier ministre d'être tiré par les ficelles par les grandes compagnies démontre un mépris des emplois qui font vivre ces centaines de familles, de l'économie en jeu dans la région et de l'intégrité de nos institutions démocratiques par le populisme. Ils taxent la compagnie RT de chantage pour détourner la sympathie contre eux au lieu de regarder les choses en face du monde d'aujourd'hui. Les idées que le CVD se fait ne passent pas les critères concurrentiels de faisabilité, seule leur logique arbitraire compte.

Le gouvernement est consciencieux face à l'économie régionale, et est conscient de la qualité du projet face aux précautions prévues pour préserver l'environnement et la qualité de vie des quartiers environnants. RT a fait ses devoirs en termes de processus de grands projets et de consultation publique comme ce fût le cas avec AP60 et l'usine d'Alma dans ses plus récents projets majeurs. Il en a été fait plus que nécessaire et on rejette ça du revers de la main.

La recherche et développement ne se fait pas à coup de baguette magique et il ne faut attribuer aucun mérite au CVD s'il s'en fait déjà, car des projets de R et D sont en marche depuis bien avant qu'ils en parlent. D'ailleurs, de nouvelles avenues de projets de recherche ont été annoncées, il y a à peine deux semaines, au niveau des boues rouges.

Se faire juge et partie dans le mode d'expression en employant le « ... c'est inacceptable... » au lieu d'utiliser le « ... nous n'acceptons pas... » ne fait qu'entretenir l'intransigeance et l'intolérance. Ce genre d'attitude ne donne pas de poids à leurs arguments dans le milieu industriel et politique régional, et ferme des portes au niveau de la volonté de négocier avec un tel groupe. Cela nuit également aux actions futures des groupes d'opposants dans de futurs projets par la surenchère des réactions que cela entrainera.

Beaucoup de gens sont heureux de la décision de respecter les critères établis quant à la tenue d'un BAPE et les médias omettent sciemment d'en parler, ce qui est un poignard dans le dos envers le développement régional. Le ministre Heurtel n'a jamais rien promis et une ouverture au dialogue n'est pas un engagement de satisfaire les exigences et caprices d'un groupe très restreint de personnes.

La crise du bacon, ça ne marche pas !

Pierre Charbonneau, Arvida




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer