Plus que tout, j'ai peur d'avoir peur!

OPINIONS / Souvent inconsciemment, jamais volontairement. J'ai peur d'avoir... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Souvent inconsciemment, jamais volontairement. J'ai peur d'avoir mal, peur de l'inconnu, peur de perdre ou de me tromper.

Tout le monde a peur, vous, moi, eux, c'est normal. C'est dicté par notre instinct de survie, un réflexe inné. Quand ça nous prend, nous sommes capables du meilleur, mais aussi du pire. La stratégie du « wedge politic » est basée là-dessus, ce stratagème consistant à utiliser un ou des éléments émotifs pour faire oublier tout le reste...

L'axe gauche-droite est l'un de ses plus éloquents champs de bataille. D'un côté, la gauche (que la droite appelle la gaugauche-socialiste-syndicaliste bien-pensante ou clique du Plateau, par exemple) qui s'insurge en insultant, en méprisant et en sermonnant la droite (que la gauche appelle, elle, les rednecks ou encore les patroneux-droitistes-larbins, etc.) et vice-versa, « pas de quartiers » !

L'immigration est aussi un bon exemple où le « wedge politic » est observable, voire omniprésent... D'un côté les « inclusifs » qui taxent de racisme ou de xénophobie à tout vent les « identitaires » qui, eux, les accusent en retour de traîtrise, de naïveté et de mépris de nos valeurs. Facebook est un terreau fertile où pullulent de nombreux cas d'espèce. Des sites exploitent avec habilité et finesse les différentes décantations des deux groupes. Les conversations n'ont de conversation que le nom, car personne ne s'écoute à moins qu'ils soient du même avis. En bonus, des pseudo sites d'information nous laissent croire à n'importe quoi, il y a vraiment de quoi s'y noyer. Des groupes sectaires y naissent et y prolifèrent, la haine engendre la haine...

J'ai peur disais-je, d'être instrumentalisé par l'élite politique grâce à mes propres peurs. Peur que cette même élite gouvernante attise la dissension dans la population pour nous faire oublier ce que nous sommes vraiment ; des parents, des amis, des voisins qui n'aspirent qu'à vivre libres. Peur qu'elle réussisse à nous convaincre du contraire. Peur qu'au nom du pouvoir et du capital dont ils ont la mainmise nous devenions des esclaves paranoïaques, seuls dans la masse.

Marc Maltais

Alma




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer