Place aux nouveaux défis

OPINIONS / La façon de faire de la politique change. Les gens aussi. Certains... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / La façon de faire de la politique change. Les gens aussi. Certains d'entre eux ont une audace toute particulière. Ils décident, de manière lucide, réfléchie et assumée, de présenter leurs idées comme candidat indépendant.

L'indépendance ne signifie pas la solitude. L'indépendance signifie la capacité et l'ouverture à travailler avec autrui, quelles que soient la provenance et les opinions. Il faut assurément du courage pour le faire.

C'est la raison pour laquelle je salue, aujourd'hui, l'initiative exceptionnelle des candidats qui ont choisi cette voie. Profitons donc de ces nouvelles initiatives. Qui sait ce que nous découvrirons ?

Bonne chance à tous, donc, et place aux nouveaux défis !

Arthur Gobeil

Candidat indépendant à la mairie

Saguenay

Preuves que l'adaptation est possible

Enfin des bonnes nouvelles en provenance de la forestière, Produits forestiers Résolu (PFR), dans le journal Le Quotidien du 3 janvier dernier. Elle a connu des jours meilleurs sur le plan de sa santé financière en 2016. Ses scieries régionales ont fonctionné à plein régime et se sont bien tirées d'affaire ; la demande de bois d'oeuvre est en progression soutenue au sud de la frontière ; même le secteur de la pâte commerciale pour les papiers hygiéniques de toutes sortes a connu une embellie selon la forestière. PFR a ainsi pu inscrire un bénéfice d'exploitation de près de 140 M $ en 2016. Seulement au chapitre du bois d'oeuvre, ce sont 69 M $ en 2016 comparés aux 2 M $ de 2015. Cela est remarquable et encourageant. Il était temps, bien que, pour le moment, ça ne fait seulement que maintenir l'emploi.

Ça ne consolide rien, et ça crée encore moins de bons emplois puisque l'incertitude quant à l'économie mondiale est toujours présente. Et rien ne va s'arranger avec le protectionniste, Donald Trump, qui risque bien de faire mal aux produits canadiens à la frontière avec les États-Unis. Il y a également, les pertes continuelles au niveau du papier journal qui n'étonnent sûrement pas Produits forestiers Résolu. Ses ancêtres, Consolidated-Bathurst et Abitibi-Bowater ont refusé dans les années 70-80 d'envisager une dégradation du marché du papier journal au profit des nouvelles technologies de l'information ; pourtant, l'annonçaient déjà certains économistes visionnaires. Non, le profit à court terme et la cupidité des actionnaires et des propriétaires prenaient toute la place à cette époque.

Malgré toutes les embûches que la compagnie dit vivre : mauvaise propagande par des groupes environnementalistes ; neige abondante faisant augmenter les coûts de livraison ; un régime forestier pour dompter les compagnies saccageuses du parterre forestier ; une crainte perpétuelle, mais injustifiée de manquer de bois ; le retard dans la mise aux enchères de bois par les autorités compétentes ; les yeux plus grands que la panse quant à la possibilité forestière, PFR dit avoir bien tiré son épingle du jeu en 2016. Cela prouve que, malgré de nécessaires contraintes imposées aux forestières pour protéger nos ressources naturelles des prédateurs, le PDG de PFR, Richard Garneau, et son groupe ont su s'adapter sans faillir pour autant. Je souhaite à la compagnie de connaître des jours encore meilleurs dans le futur.

Marcel Lapointe

Jonquière

Savoir lâcher prise

M. Louis-Philippe Thibeault, après lecture de l'article paru dans le journal Le Quotidien du 1er février dernier, je ne peux m'empêcher de réagir.

Pourquoi tant d'acharnement à une cause dont le verdict est tombé depuis le mois d'août dernier ? D'autant plus, que le terrain en question a été remis a à la municipalité et n'appartient donc plus aux propriétaires qui font l'objet de vos poursuites sans fin. Je crois que ces personnes et leur famille ont assez souffert et ne méritent pas du tout le sort que vous leur avez dévolu.

Il me semble que lorsque l'heure de la retraite a sonné, il y a encore tellement de choses positives à faire pour notre société. Je ne connais pas votre emploi du temps, mais je suis certaine que votre énergie pourrait être consacrée à de meilleures fins. À cet effet, le Centre d'action bénévole de Chicoutimi est à la recherche constante de bénévoles comme vous et moi.

Pour conclure, je vous souhaite de trouver une nouvelle cause positive qui vous tiendra à coeur et vous fera vivre une heureuse retraite.

Suzanne Laplante

Saguenay

Questionnement

Au Québec, toutes les municipalités sont couvertes par un service de police. Certaines, en raison de leur population, ont leur propre service tandis que les autres ont recours aux services de la Sûreté du Québec. Dans tous les cas, les citoyens en défraient les coûts d'opération soit par leurs taxes municipales ou les impôts. Je voudrais savoir pourquoi en ce qui concerne le service de police de Mashteuiatsh, le seul réflexe qu'ont les dirigeants de cette communauté est de se tourner vers les gouvernements provincial et fédéral pour réclamer des subventions. Il faudrait bien qu'un jour nos gouvernements traitent tous les citoyens de la même manière sans discrimination.

Eugène Tremblay

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer