Cher Dominique Lévesque 

Dominique Lévesque... (Archives, La Presse)

Agrandir

Dominique Lévesque

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / À l'été 1997, Jonquière était au coeur de son 150e. Avec l'équipe de Producson nous avions proposé un cabaret humour au Mont Jacob mettant en vedette Lévesque et Turcotte. Tout le mois de juillet.

C'était en fait une entente de coproduction avec le duo où nous devions partager les profits ou les pertes... 

Mais avant même le début des 12 représentations, tous les billets avaient été vendus. Lors de la première, une panne d'électricité provoquée par une corneille dans un transformateur avait retardé l'entrée en scène du duo d'au moins une heure.

Dominique vivait une réelle torture; le trac, que tentait de moduler son complice Dany Turcotte, le tenaillait.

À la fin de la série de spectacles, nous avions dépassé les scénarios les plus optimistes et Lévesque et Turcotte ont gagné plus que notre contrat le prévoyait.

En nous faisant confiance et en prenant le risque d'une production estivale dans leur ville, ce qui à l'époque était une première, ils nous ont donné un élan qui s'est transformé en un vif succès.

Cet été-là, nous avons côtoyé Dominique chaque jour pendant un mois. Avec Dany, il est devenu un élément du succès de Producson. En même temps que le Groupe Sanguin et par la suite avec Lévesque et Turcotte, notre travail de diffuseur s'est développé et diversifié.

Je crois qu'on s'est entraidé ne ratant aucun rendez-vous au cours de nos carrières. J'ai toujours senti un air de famille, un lien spécial entretenu par la suite avec les producteurs de Fogel/Sabourin et Colette Brouillé, leurs intermédiaires de l'époque.

Dominique était un homme simple à fréquenter, qui comprenait autant les enjeux artistiques que commerciaux d'un jeune diffuseur de spectacles comme Producson.

Un multi-instrumentiste, qui a su rester lui même sans aucune prétention.

Je crois que c'était une décision.

Être en dehors du cercle élitiste tout en étant un joueur étoile.

Merci et bon repos Dominique.

Louise Malaison

Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer