Un redressement à l'horizon

OPINION / Avec la nouvelle publiée en fin de semaine dans Le... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Avec la nouvelle publiée en fin de semaine dans Le Progrès-Dimanche, on peut commencer à penser que l'économie va se redresser solidement dans les prochaines années. Avec le projet Vaudreuil 2022 qui va consolider des centaines d'emplois directs et indirects, BlackRock et GNL-Québec, projet tombé dans l'oubli, on peut s'attendre à ce qu'il y ait un boom lors de la construction et qu'ensuite, le roulement soit meilleur qu'actuellement. Le marché domiciliaire va en profiter, notamment dans les secteurs de La Baie et Chicoutimi en raison de leur proximité.

On peut espérer ensuite que le sundae aura une cerise en son sommet avec l'amélioration des conditions du marché de l'aluminium pour permettre la reprise des phases 2 et 3 d'AP-60. Pour le bois d'oeuvre, espérons également que la tempête annoncée changera de trajectoire et que nos gouvernements défendront notre industrie fondatrice cette fois-ci avec une meilleure artillerie que par le passé, et qu'ils demandent des injonctions aux surtaxes américaines au lieu de les laisser s'imposer.

L'occasion de ces deux projets sera de diversifier l'économie régionale et la rendre plus robuste. On passerait ainsi à quatre industries de base, moteurs économiques essentiels pour assurer un niveau de roulement critique. Ainsi, pour répondre aux prédictions démographiques annoncées qui stipulent que dans 20 ans, le nombre de personnes à la retraite aura doublé en se basant sur les conditions actuelles, la solution passe par l'emploi, car les gens vont là où il y a du travail. Si on veut rajeunir notre population...

Nous avons des ressources uniques au monde que nous pouvons mettre à profit comme Saint-Félicien le fait avec les serres nouvellement mises en opération avec la disponibilité électrique. Pensons au froid pour les industries qui en ont besoin comme GNL-Québec et les entrepôts de données de l'industrie lourde de l'informatique. Il y a là également un potentiel de solutions pour convertir l'usine Novelis, fermée sauvagement en 2012 et qui fait les manchettes pour d'autres raisons actuellement.

Aux pourfendeurs du milieu politique régional, une grande leçon s'offre à eux: celui qui a été visionnaire dans l'avenue du port de Grande-Anse, Marcel Dionne, était un bâtisseur. À cela s'enchainent d'autres projets visionnaires complémentaires comme la liaison ferroviaire qui a été critiquée politiquement par des gens qui n'en voient pas l'utilité et qui ne sont pas assis dans les bonnes salles de réunions où les «grosses games» se jouent. En l'occurrence, l'administration du maire Tremblay a le mérite d'avoir apporté ce projet complémentaire permettant à Saguenay d'être éligible à recevoir de telles industries et de répondre à ses détracteurs tout simplement «Voilà!». Collez bien solidement sur votre réfrigérateur une note mentionnant que le potentiel de projet à court terme est de 12 milliards$ dans la région.

Et avec la qualité des services aux industries que nous avons dans la région et les infrastructures en place, nous avons un grand potentiel de développement dans l'avenir, il suffit d'avoir premièrement la bonne attitude et ensuite, les bons joueurs aux bons postes et nous allons «scorer dans le net» !

Pierre Charbonneau

Arvida

Cannabis: on n'a pas compris

On s'apprête à voter une loi qui va avilir toute une couche de société. On pourrait parodier Lafontaine avec sa fable Les animaux malades de la peste.

Il y a eu des efforts louables à contrer la cigarette et là, on la remplace par ce fléau. Ce fléau rendra plus malade une société qui consomme déjà son lot de tranquillisants et qui ajoutera aux sommes énormes dédiées à la santé. Chapeau devant une telle logique!

Un groupe d'experts nous indique qu'il va falloir 18 ans pour en consommer (sic)?

On pourra en cultiver chez nous au moins quatre plants, bah! Écouter la TV avec son joint; se faire arrêter pour conduite sous l'effet de cannabis, subir son test en «cannabisilmie» ... Point 4 joint, point 5 joint, combien là? Quel degré de THC?

Le cannabis altère certains récepteurs des cellules du cerveau, conduisant à des effets tels la fatigue, les changements d'humeur, une diminution physique, l'amoindrissement des capacités cérébrales, des troubles de la mémoire et de l'apprentissage, des difficultés respiratoires (asthme), des dommages possibles sur le foetus d'une consommatrice enceinte, des hallucinations et la paranoïa.

La marijuana peut devenir très addictive psychiquement. Il n'y a pas encore de médicament pour traiter la dépendance. Voilà une société qui se dit moderne...

Merci Félix Leclerc, mais on ne t'a pas compris: «Attends-moi ti-gars tu vas tomber si j'suis pas là, le plaisir de l'un c'est d'voir l'autre se casser le cou.»

André Tremblay

Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer