Vivement une formule proportionnelle

Maryam Monsef... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Maryam Monsef

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

N'en déplaise à la ministre Monsef, le consensus s'est exprimé en faveur de l'introduction d'une formule proportionnelle.

Comme bien d'autres thèmes, le mode de scrutin ne sera jamais un sujet sexy faisant courir les foules. La plupart des gens votent sans avoir conscience qu'une mécanique relie leur bulletin au résultat final, et surtout, sans savoir qu'elle n'est pas neutre. Dans ce contexte, il est bien difficile de leur demander d'imaginer un autre outil que celui qu'ils utilisent sans voir. 

Vous ne savez probablement pas qu'une consultation pancanadienne devrait se conclure, le 1er décembre, par le dépôt du rapport du Comité spécial sur la réforme électorale.

Était-ce une consultation idéale ? Évidemment non. Le départ a tardé, la promotion était déficiente, les travaux en plein été avaient tout pour décourager, des enjeux et des pans de population ont été insuffisamment pris en compte, des parlementaires l'ont détourné par partisanerie et mauvaise foi, etc. Malgré cela, depuis juin, 12 parlementaires de 5 partis ont reçu 574 mémoires, visité presque 20 villes, pour entendre 731 personnes et groupes dont 180 témoins experts, et 20 000 personnes ont répondu au formulaire Web. Pour un sujet si peu couvert médiatiquement, et considérant les bémols précédents, une telle participation est exceptionnelle.

Mais le plus important c'est que dans 88 % des présentations, un mode de scrutin de la famille proportionnelle a été demandé. Il n'y a qu'à lire quelques mémoires, au hasard, pour le constater.

(...)

Si 88 % ne constitue pas un large soutien, combien en faut-il à la ministre Maryam Monsef ? Que toute la population s'exprime ? Depuis quand est-ce un objectif ? Que le taux de participation n'ait pas été de 100 % aux dernières élections n'empêche pas le Parlement de siéger.

L'avis des gens intéressés par le sujet ne plaît pas ? Allons chercher l'avis des gens qui ne le connaissent pas ! C'est ce que le gouvernement fera, du 1er au 31 décembre, en invitant TOUTE la population à se prononcer dans un sondage Internet ayant les apparences d'une campagne référendaire, mais sans en avoir les règles ! Faute de temps et d'informations suffisantes pour faire un choix éclairé, ou bien le statu quo remportera, ou bien le faible taux de participation permettra à la ministre de rejeter le changement demandé, le « large soutien » n'étant toujours pas à son goût. 

Nous saurons bientôt si le comité s'unira derrière une proposition précise, mais n'en déplaise à la ministre Monsef, cela ne changera rien au fait qu'un consensus fort s'est déjà exprimé en faveur d'un mode de scrutin de la famille proportionnelle. Le gouvernement doit en tenir compte et remplir sa promesse électorale.

Mercédez Roberge

Militante pour la réforme du mode de scrutin et pour la diversification de la classe politique.

Présidente du Mouvement pour une démocratie nouvelle de 2003 à 2010

Montréal - originaire du Saguenay 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer