Pistes de solution

Les pertes d'emplois manufacturiers qui se multiplient dans notre région... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Les pertes d'emplois manufacturiers qui se multiplient dans notre région devraient sonner l'alarme et mobiliser nos représentants politiques pour que nous nous mettions en mode solution rapidement afin de tenter de combattre cette tendance qui devient lourde, pour de plus en plus de gens.

Au contraire, ces représentants politiques semblent plonger dans une inquiétante léthargie, semblable à celle qui a suivi la disparition de nos instances de concertation et de développement il y a quelques années, léthargie qui s'est maintenue depuis. Pendant que certains croyaient que la présence d'un premier ministre en villégiature à Saint-Félicien allait apporter remède à tous nos maux, d'autres misaient sur une campagne à la chefferie qui aurait pu permettre la nomination d'un fils de la région à la tête d'un des grands partis politiques du Québec. L'un comme l'autre, nous devons constater que nous sommes bredouilles.

Devant ces constats, je me permets de proposer ici trois pistes d'interventions pour permettre, je le crois, à notre région et à ses citoyen(ne)s de profiter du momentum politique des deux prochaines années pour changer la donne et nous propulser vers des cieux plus cléments, pour tout le monde.

La crise annoncée dans le monde de la forêt commande que nous mettions rapidement sur pied une cellule de crise régionale, qui pourrait être composée d'élu(e)s, de représentant(e)s économiques et syndicaux, de représentant(e)s des organisations communautaires et populaires et de citoyen(ne)s. Les mandats de cette cellule de crise pourraient être de préparer des mesures de soutien pour les communautés qui seront touchées, particulièrement pour les travailleuses et travailleurs et leurs familles, et de réfléchir ensemble à des opportunités pour contourner l'imposition des droits compensatoires et des surtaxes pour le bois d'oeuvre vendu aux États-Unis. L'expérience de terrain de celles et de ceux qui ont vécu les conflits précédents doit être mise à profit, tout comme la capacité de travailler ensemble, en concertation.

Les prochaines élections municipales du 5 novembre 2017 pourraient être un bon moment pour réfléchir ensemble et débattre des orientations que nous souhaitons donner à notre développement local et régional. Pourquoi ne pas en profiter pour renouveler notre paysage politique en élisant de nouveaux conseils municipaux, composés de plus de femmes, de plus de jeunes et apportant une vision renouvelée de la chose politique ? Ces élections sont aussi des moments de démocratie citoyenne importants pour, justement, impliquer les citoyen(ne)s dans leur administration municipale, vers plus de participation, en misant sur la transparence et la consultation. Il faut saluer les efforts d'organisations telles que RÉCIF-02 et Touche pas à mes régions en ce sens, et souhaiter que nous soyons nombreux à y participer dans la prochaine année.

En 2018, il faut lancer des états généraux sur notre gouvernance et notre développement en préparation de la prochaine élection générale au Québec.

Profitant de la convergence régionale en soutien aux communautés touchées par la crise forestière et de l'animation et de la mobilisation entourant les prochaines élections municipales, nous serions alors prêts à convier les forces vives de la région à des états généraux sur la gouvernance et sur le développement du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ce rendez-vous nous permettrait de définir ensemble les orientations politiques, économiques et sociales pour assurer un développement durable de notre grande région pour les 25 prochaines années, et d'interpeller les décideurs politiques du Québec lors de la prochaine élection québécoise. Pour une rare fois dans notre courte histoire régionale, ces trois démarches structurantes nous mettraient en position de force sur les enjeux qui nous concernent et briseraient avec un attentisme qui n'est plus possible aujourd'hui. J'offre humblement mon temps et ma bonne volonté pour y contribuer.

Éric Dubois

La Baie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer