Lettre du recteur à l'Université du Québec

Le recteur de l'Université du Québec à Chicoutimi,... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le recteur de l'Université du Québec à Chicoutimi, Martin Gauthier.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Voici une lettre du recteur envoyée à Madame Sylvie Beauchamp, présidente de l'Université du Québec, et à Monsieur Laval Boulianne, président du Conseil d'administration de l'Université du Québec à Chicoutimi.

Le 9 novembre 2016

Madame Beauchamp,

Monsieur Boulianne,

Par cette correspondance, je vous informe de ma décision de ne plus solliciter de second mandat à titre de recteur et vous demande par conséquent de mettre fin au processus en cours visant le renouvellement de mon mandat. Je tiens à mentionner que cette décision a été mûrement réfléchie et repose sur ma volonté de voir s'assainir le climat de travail qui prévaut à l'heure actuelle à l'Université du Québec à Chicoutimi.

Contesté depuis son annonce, le renouvellement de mon mandat à titre de recteur a été mal accueilli par une proportion non négligeable de membres de la communauté universitaire. J'ai entendu, j'entends. Ma décision est portée par mon désir de voir les professeurs et le personnel de l'UQAC collaborer à l'accomplissement de la mission de notre établissement d'enseignement supérieur avec fougue et détermination et ainsi orienter leurs actions en remettant l'étudiant au centre de leurs préoccupations. Si la communauté universitaire est convaincue que je ne suis plus l'homme de cette grande, mais combien complexe fonction de recteur, je respecte leur opinion et me retire pour laisser la place à quelqu'un d'autre.

Lorsque je suis entré en poste en 2012, rapidement, il m'est apparu évident que le mandat qui m'attendait en serait un de choix difficiles et de controverses. Effectivement, tant au niveau budgétaire qu'au niveau du climat organisationnel et même sociétal, de grands défis se présentaient à moi et mon équipe, alors que non seulement l'UQAC, mais tout le réseau universitaire québécois semblait arrivé à la croisée des chemins. Nous avons travaillé fort pour atteindre les objectifs que nous nous étions fixés dans un contexte de changements, voire de turbulences.

Je tiens donc à remercier toutes les personnes avec qui j'ai eu la chance de collaborer durant mon mandat, que ce soit les gens de notre institution, de notre communauté d'appartenance, du réseau des universités du Québec et des instances gouvernementales. Je remercie l'équipe de gestionnaires qui ont su réaliser des choses exceptionnelles dans un contexte particulièrement difficile. Merci à tous les employés d'avoir fait les concessions nécessaires afin d'assurer la pérennité de l'UQAC. Merci aux professeurs et chargés de cours de former notre relève et de chercher sans cesse à améliorer notre monde.

Au cours des dernières années, j'ai eu la chance de collaborer à la réalisation de nombreuses initiatives qui permettent à l'UQAC d'occuper une place de choix auprès des futurs étudiants. Les statistiques en ce qui a trait au nombre record d'inscriptions enregistré cette année, dans un contexte démographique pourtant défavorable, en sont un exemple probant. Dans cette foulée, je tiens aussi à mentionner que tout le travail de développement de l'international n'est pas étranger à cette réussite. Je suis fier d'avoir participé à la mise sur pied de collaborations et d'ententes avec nos partenaires étrangers permettant à l'UQAC d'occuper désormais une place importante dans le paysage universitaire de plusieurs pays.

En ce qui concerne la recherche, l'avènement de nouveaux créneaux, notamment en agroboréal, le repositionnement de nos travaux au sujet du bois et de la forêt, notre engagement toujours plus prononcé en sciences de la santé et la relève en préparation dans nos créneaux d'excellence sont autant de réalisations qui me rendent confiant pour l'avenir de l'UQAC dans notre région. L'intégration de l'École NAD à nos activités d'enseignement et de recherche représente un autre gain considérable pour notre communauté, alors que la concrétisation de ce projet nous permet d'offrir des programmes de premier cycle et de cycles supérieurs dans des domaines d'avenir tout en ouvrant une porte sur un monde d'opportunités.

C'est aussi avec le sentiment du devoir accompli que je constate que mon mandat en aura été un de développement de nos infrastructures malgré un environnement économique plus que difficile. Ainsi, l'établissement de notre centre d'études de la Côte-Nord au sein du Pavillon Alouette, l'acquisition du Grand Séminaire visant à héberger certains de nos programmes en santé et le Pavillon de la culture des Premiers peuples qui vient tout juste d'ouvrir ses portes constituent des preuves tangibles de la vitalité de notre communauté universitaire. Je suis convaincu que le développement continuera, tant et aussi longtemps que vous continuerez à y croire.

Beaucoup de choses restent à accomplir à l'UQAC et notre institution demeure fragile, soumise à un contexte social et économique qui nous force à demeurer constamment vigilants pour son développement. La communauté universitaire doit choisir la meilleure personne pour faire face à l'avenir et je souhaite qu'elle puisse bénéficier de tout le temps nécessaire pour y arriver. De ce fait, et parce que je souhaite que la transition se fasse sans heurts, je demeurerai en poste jusqu'à la fin de mon mandat, soit jusqu'au 25 avril 2017.

Laissez-moi, une dernière fois, remercier tous ceux et celles qui ont été à mes côtés et qui ont permis à l'UQAC de faire l'envie de bien d'autres universités en ce qui concerne tant le déploiement de ses programmes d'études et activités de recherche que sa santé financière. Ma fierté est sans borne quand je vois ce que nous avons accompli.

Salutations distinguées,

Le recteur,

Martin Gauthier

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer