Nier l'évidence

L'ancienne conseillère Marina Larouche... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'ancienne conseillère Marina Larouche

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Mme Marina Larouche,

Voici une question que je me posais récemment: y a-t-il encore quelqu'un à Saguenay qui ne sait pas que notre maire s'adonne à l'intimidation? Je croyais que la réponse était non, mais j'ai dû déchanter quand j'ai lu votre texte dans Le Quotidien de samedi. Il en reste qui croient dur comme fer que Jean Tremblay respecte tout le monde.

C'est quand même extraordinaire! Tous, nous apprenons à parler dans notre petite enfance et à écrire au primaire. Mais certains, semble-t-il, n'apprennent pas le sens des mots et ne saisissent pas les allusions, même s'ils parlent en abondance et lisent tout autant. À moins que ce ne soit la partisanerie qui les aveugle et les empêche de décoder les messages qui ne font pas leur affaire.

Mais, il y a quelque chose de plus insidieux dans votre intervention. Pourquoi exigez-vous que Mme Néron s'excuse? Jugez-vous qu'elle n'a pas été témoin des paroles et agissements qu'elle a rapportés? Ou bien prétendez-vous qu'elle n'aurait pas dû les dénoncer? Si c'est la première option qui s'applique, vous parlez à moitié à travers votre chapeau et refusez de voir ce qui se passe pour l'autre moitié. Si c'est la seconde, vous êtes déconnectée du débat social actuel qui, loin de préconiser le bâillon, vise plutôt à libérer la parole, à crever les secrets malsains.

Votre vénéré maire entend porter sa cause au palais de justice. À sa place, j'hésiterais. Si les conversations privées demeurent toujours difficiles à mettre en preuve, il a contre lui une lourde preuve circonstancielle que vous êtes bien la seule à ne pas voir. Les attaques personnelles du premier magistrat, on ne les compte plus, on ne s'en étonne même plus, tellement cette façon est incrustée dans son argumentaire. Et, ça, c'est public, en plus. Il se peut néanmoins, la justice étant ce qu'elle est, que le juge tranche en sa faveur. N'empêche, le «citoyen moins aveugle d'abord» ne s'y trompera pas, lui qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre.

Je constate ce matin que M. Provencher fait partie de la même chorale que vous. Cela vaut mieux pour lui; autrement, tout partisan du maire qu'il soit, il pourrait se faire gronder aussi vertement que publiquement. Ça s'est déjà vu, à Saguenay.

Clément Martel

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer