Histoire de vaches

Joan Simard... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Joan Simard

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / La vache a plus qu'un estomac. Elle avale tant qu'elle peut. Son système digestif, dans un premier temps, distribue le tout dans ses différents estomacs. Puis, quand elle en a le temps, elle ramène par mâchée le tout dans sa gueule, le rumine et le retourne à l'estomac. J'aime regarder les vaches. C'est reposant. Ça me vaut une séance de yoga chaque fois.

Le lendemain de la présentation des mémoires (25 octobre 2016, à La Saguenéenne) concernant le lac des résidus de bauxite de Rio Tinto dans ma cour arrière, je me suis sentie comme la vache dont tous les estomacs auraient été remplis.

Mais je ne suis pas une vache. Je n'ai pas son système de rumination. J'ai mis une semaine à me remonter cela dans la bouche, le mâcher, le remâcher, non pas pour l'avaler mais pour le ressortir par la bouche, par les mots.

Le lendemain, le 26 octobre, dans le journal, dans la nuit sur la tablette, on pouvait lire sous la plume de M. Denis Villeneuve, un compte-rendu de ladite rencontre. Il citait textuellement des passages choisis du président du syndicat des travailleurs de l'aluminerie d'Arvida, idem pour la présidente de la Chambre de commerce de Saguenay, comme si on avait remis ces textes en main propre au journaliste.

Des allusions, à peine, aux autres (une vingtaine) présentations.

Idem pour TVA régional et TJ Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La «nouvelle» du 26 septembre, en une, en 2 et dans tous les médias radios et télévisions confondus: démission de la vice-présidente du CIUSSS, Mme Joan Simard pour cause de mésentente avec la présidente Mme Martine Couture. Ce que le Dr Barrette a appelé, mais dit autrement, une «chicane de fille».

Exit le lac de boues rouges en plein coeur de la ville, exit les 4 quartiers dévalorisés, empoisonnés, exit les 20 personnes qui ont mis entre 10 et 15 heures pour présenter des mémoires, exit la préoccupation environnementale ..., ce qu'on s'en fout!

Aucun représentant, municipal, provincial, fédéral.

Ils ont reçu l'invitation, comme tout le monde, sur le journal, m'a précisé le «facilitateur de la rencontre», M. André Delisle.

Nous n'étions pas cent. Le tiers de l'assemblée était constitué de syndiqués d'Arvida. On a su leurs couleurs après qu'ils eurent applaudi chaudement leur président puis, ce pourquoi ils ont été rabroués solide par le «facilitateur de la rencontre».

Je ne pense pas me tromper en affirmant que cette présentation de mémoires était organisée et payée par Rio Tinto.

Qui va prendre connaissance de ces ouvrages?

La compagnie a sûrement de bonnes déchiqueteuses. Parce que je ne vois pas à qui vont servir les 300 heures minimum de travail de personnes touchées jusqu'à l'os de ce projet de dépotoir en plein coeur de la ville.

J'arrête ici. Un estomac à la fois, comme la vache.

À suivre, dans un prochain pâturage.

Sur Google, Projet Vaudreuil au-delà de 2025, on a accès à l'audio fil de la présentation de tous les mémoires du 25 octobre 2016 à La Saguenéenne de Chicoutimi.

Pauline Germain

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer