Mariage gai 

OPINIONS / J'aimerais, par cet article, vous exprimer les sentiments de... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / J'aimerais, par cet article, vous exprimer les sentiments de frustration qui m'habitent à l'égard de l'Église catholique romaine et ses lois édictées par des hauts dirigeants ultra-traditionalistes refusant de les modifier afin de les rendre compatibles à la réalité d'aujourd'hui.

J'ai été, comme bien des baby-boomers, éduqué par des parents extraordinaires qui pratiquaient leur religion avec ferveur et, par leur exemple, nous communiquaient leur dévotion. Parallèlement, je fréquentais l'école confessionnelle comme tous les enfants de mon âge. On m'a appris les rudiments du catéchisme dont les sacrements, du baptême au mariage entre autres, que pour s'unir devant Dieu, il fallait les avoir reçus. À mon tour, j'ai transmis à mes enfants ce qu'on m'avait enseigné.

Malheureusement, ces lois, ne reconnaissant pas le mariage de deux personnes de même sexe, ma fille s'est mariée civilement, devant parents et amis dans un site enchanteur. Selon tous les gens rassemblés, ce fut l'un des plus beaux mariages auxquels ils avaient assisté tant par l'intensité du moment et l'effluve de leur bonheur qui se répandait sur nous tous.

Rassurez-vous, le Seigneur était présent et on l'a senti tout au long de la cérémonie.

Messieurs les dirigeants ecclésiastiques, continuez à vous ancrer dans cette pléthore de règles hors de notre temps et cette nouvelle génération se ressourcera ailleurs et fuira toujours vos lieux de culte.

Ces lieux, devenus pratiquement vides, seront désertés de plus en plus par cette génération qui aimerait, j'en suis certain, du changement dans vos façons de faire.

Reconnaissez l'homosexualité comme étant une orientation involontaire, mais réelle au même titre qu'un enfant est gaucher ou droitier. L'amour n'a pas de frontière ni de limite, le Christ nous l'a démontré. Il aime tous ses enfants sans exception.

Remplissez vos églises par des messes gospel; arrêtez ces sermons monotones à l'excès qui racontent toujours les mêmes histoires de l'Évangile que l'on connaît par coeur et remplacez-les par des faits relatant la vie de tous les jours dont l'amour, le don de soi, la charité et toutes ces valeurs que le Christ nous a enseignées.

Moi aussi je trouve triste la vente de vos églises. Vous avez enlevé le latin de vos célébrations eucharistiques, donc vous êtes capables de changement; profitez de la présence du pape François, lui qui est si proche du peuple. Rendez accessibles la prêtrise aux femmes et le mariage des prêtres; je sais que je vais en offusquer plusieurs, mais soyons réalistes. Faites ces changements, car j'aime les églises remplies comme à la messe de Noël sinon l'hécatombe va se poursuivre.

Léon-Maurice Dufour

La Baie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer