La décadence du Vatican

Le 16 octobre 2016, Enquête présentait un reportage... (Archives NYT)

Agrandir

Le 16 octobre 2016, Enquête présentait un reportage sur le Vatican.

Archives NYT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Le 16 octobre 2016, l'émission Enquête de Radio-Canada présentait un reportage sur le Vatican. Rien de valeureux dans ce reportage. Les crimes produits sont comparables à ceux des fondamentalistes de l'Islam ou d'autres religions. La corruption des partis politiques québécois, c'est de la petite bière en toute comparaison. Le pape François ne s'est pas gêné pour dire sa façon de penser aux 500 sous-papes réunis à l'occasion de Noël. Au lieu de faire des voeux traditionnels, il leur a décrit leurs comportements en 15 points: hypocrites, avaricieux, envieux, etc. Il n'est pas allé avec le dos de la cuiller pour dénoncer leurs comportements négatifs.

Chaque sous-pape reçoit 500 000$ par année, et seulement 20 000$ vont à des pauvres. Il faut bien payer les dépenses somptueuses de ces princes de l'Église qui logent dans des appartements luxueux entretenus par des religieuses, ont-ils dit. Le pape François loge dans un appartement de 50 mètres carrés. Quant à Mgr Ouellet, il se satisfait d'un appartement de 575 mètres carrés. Pour redresser les finances fastes du Vatican, le pape François a commencé à excommunier la «mafia», la qualifiant de «mal». Il a engagé un «super James Bond» des finances qui a commencé par fermer au-delà de 4500 comptes «inutiles» pour blanchir l'argent ou pour dépenses inutiles.

Il a reçu l'ordre d'un sous-pape plus fort que les autres de rétablir ces comptes. À voir l'attitude déconfite de ce champion des finances, on comprend ce qui a été dit: tu obéis ou c'est ta vie qui en est le prix. François a dû plier. D'autres faits croustillants ont été mis en exergue, mais je m'arrête ici. Pas surprenant que seulement 10% appuient le pape François. Pourtant, les cardinaux ont été majoritaires pour le faire élire. Certains gros egos vont jusqu'à lui reprocher qu'il manque de théologie. Pourtant, s'il y en a un qui est proche et qui pratique l'enseignement de Jésus, c'est bien le pape François. On a même invoqué que le pape est en danger. En danger de qui? L'establishment du Vatican? La mafia? Quant à l'Église, à l'émission, on a parlé de la possibilité d'un schisme. Ce ne sera pas la première fois!

À voir cela, le Vatican, pour ne pas dire le «fatigant», est en implosion. Mais l'Église n'est pas le Vatican. C'est un État! L'histoire se répète. Rappelez-vous Jésus quand il a chassé les vendeurs du temple, les échangeurs d'argent qui devaient soudoyer les dirigeants hypocrites du temple,

les Caïfe, les Pilate, et Hérodebien entendu. À cette époque, on obligeait les pauvres gens à égorger un boeuf, un mouton et même des tourterelles puisqu'on leur faisait croire qu'il fallait payer pour aller au ciel. Ce que Jésus a dénoncé fortement. Le ciel est gratuit.

Martin Belley, St-Nazaire

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer