L'éthique en affaires

En éthique des affaires, on dit qu'une poignée de main a valeur de contrat.... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

En éthique des affaires, on dit qu'une poignée de main a valeur de contrat. Évidemment, cette poignée de main doit être précédée de négociations directes entre les parties et suivie de discussions sur les modalités contractuelles, habituellement menées par des avocats et divers experts. Tout cela dans un climat de confiance basé sur la réputation et l'intégrité des parties dans la poursuite de leurs intérêts respectifs.

L'attitude scandaleuse de Promotion Saguenay devant l'intérêt manifesté par Les Croisières AML envers Les Croisières du Fjord dégage une odeur de magouille et une absence d'éthique des affaires. À l'évidence, les dirigeants de Promotion Saguenay manoeuvrent pour acheter les Croisières du Fjord et repoussent la demande des Croisières AML de les rencontrer pour discuter d'une éventuelle acquisition, du moins d'un partenariat d'affaires.

On parlerait d'opportunité, de compétition, de concurrence si l'histoire se déroulait entre deux compagnies privées. Mais Promotion Saguenay est un organisme essentiellement financé par les fonds publics. Ses créateurs et puissants dirigeants, Jean Tremblay et Ghislain Harvey, se sont servis du pouvoir que conférait leur fonction politique pour imaginer une charte corporative qui dégage l'organisme des comptes à rendre au conseil municipal, malgré les rappels à l'ordre du ministère des Affaires municipales.

Depuis ce temps, ils prennent des décisions d'affaires avec des fonds publics qui sont directement rattachés à l'administration et la gestion financière de Saguenay.

Sans débat, en coulisses, comme s'ils jouaient au Monopoly avec notre argent, les dirigeants de Promotion Saguenay s'apprêtent à investir une fois de plus d'importants fonds publics pour l'acquisition des Croisières du Fjord, en écartant tout partenariat avec un opérateur expérimenté qui connaît le marché du Fjord du Saguenay.

Jean Tremblay et Ghislain Harvey ont peut-être annoncé leur départ pour l'an prochain, mais rien ne justifie la coûteuse fuite en avant qu'ils imposent avec leurs projets aux finances municipales. En affaires, il y a des contrats qui se perdent sans l'éthique de la poignée de main. En politique, il y a des coups de pied au cul qui se perdent devant l'hypocrisie de la mainmise.

Laval Gagnon, Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer