La cigale et la fourmi

Le ministre canadien des Finances, Bill Morneau.... (PHOTO PC)

Agrandir

Le ministre canadien des Finances, Bill Morneau.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Bill Morneau, le ministre des Finances du Canada, annoncera prochainement qu'il augmentera la vitesse d'injection d'argent neuf dans les infrastructures pour soi-disant stimuler l'économie canadienne. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais disons que mon sang n'a fait qu'un tour lorsque je l'ai entendu parler de ses intentions.

Déjà, nous nous dirigeons vers un déficit astronomique de quelque trente milliards de dollars. Imaginez trente milliards de déficits dans une seule année, notre argent à nous qui va alourdir considérablement le fardeau fiscal des contribuables canadiens dans les années futures.

On va payer des centaines de millions de dollars supplémentaires en intérêts. Pas fini, on anticipe un déficit de 100 milliards de dollars pour les quatre prochaines années. Chers Canadiens préparez-vous, présentement nous sommes endormis avec tous les cadeaux à gauche et à droite que le gouvernement de M. Trudeau disperse. Mais dans quatre ans, lorsque nous serons obligés de rembourser, préparez-vous à ce que votre niveau de vie descende considérablement à l'image, un peu, de la Grèce qui était tombée dans cette spirale insidieuse.

Pensez à cela, vous avez une marge de crédit de 100 000$ et vous en profitez pendant quatre ans pour vous payez plein de cadeaux jusqu'à épuisement votre marge, incapable de vivre selon vos moyens. Une fois les quatre ans écoulés, vous n'avez plus votre 100 000$ pour dépenser et en plus vous devez rembourser plus des frais d'intérêt. Plusieurs n'aimeront pas ce que je vais écrire, mais le gouvernement Harper était beaucoup plus responsable à ce niveau et avait laissé les finances du pays dans un bon état.Le gouvernement Trudeau profite de ce bon travail maintenant, dépensant aveuglément et mettant probablement sérieusement l'avenir des prochaines générations en sérieuses difficultés. Oui pour stimuler l'économie, mais à quel prix? Le trésor public n'est pas un puits sans fond. Nous chantons maintenant et bien nous risquons de danser dans quelques années...

Jean-Marc Girard

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer