De la vision, s'il vous plait

Jean Tremblay, maire de Saguenay... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Jean Tremblay, maire de Saguenay

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Sainte Misère! Pour justifier l'incurie endémique de son administration concernant l'état lamentable des routes et des rues de Saguenay, Jean Tremblay accuse des tiers et tire à boulets rouges sur tout ce qui bouge. Même un allié présumé comme le député du comté, Serge Simard, n'est pas épargné.

Pourtant, depuis le temps que les opposants à la table du conseil de ville, ainsi que nombre de citoyens sur cette tribune, le lui répètent jusqu'à plus soif, le travail aurait dû être entrepris bien avant 2014 pour éviter de se retrouver devant une énormité devenue maintenant hors de contrôle et vertement dénoncée par le vérificateur général de la ville.

Trop peu trop tard comme il l'a récemment déclaré dans son éditorial, le journaliste Marc Saint-Hilaire. Comme maire visionnaire, on a déjà connu mieux. Visionnaire peut-être en cosmétologie municipale pour rehausser le prestige de sa ville dans le monde avec les bateaux de croisières, mais en ce qui concerne le ventre de sa municipalité alors que ses boyaux ont depuis fort longtemps dépassé leur durée de vie utile, aucune vision. Aucune prévision comme il aurait dû le faire en bon père de famille. Il semblerait même que le maire a négligé de mettre au parfum des besoins criants de nos chaussées et des édifices d'intérêt délabrés celui qu'il accuse aujourd'hui de mal défendre les intérêts de Saguenay pour n'avoir pas acheminé en hauts lieux les préoccupations toujours grandissantes des Saguenéens. Même plus, selon les dires du député dans Le Quotidien, ce dernier a offert à l'administration Tremblay du financement à partir de son enveloppe pour des travaux d'asphaltage. Réponse, nada. On dort au gaz à l'hôtel de ville, ou quoi?

Assez! Il est grand temps qu'un grand ménage se réalise à l'hôtel de ville de Saguenay, en remplaçant toute l'équipe de Jean Tremblay par une autre dont les préoccupations vont davantage correspondre aux besoins essentiels des citadins, avant les idées de grandeur et les caprices cosmétiques du maire et son cercle rapproché. En effet, pourquoi une Place du citoyen à Chicoutimi érigée à grands frais avec les taxes des contribuables, alors qu'à un jet de pierre de là, on retrouve le plus beau site de rassemblement citoyen de la région: le Vieux Port. Vivement, il faut mettre fin à l'éblouissement pour se centrer sur les urgences, ce que le nouveau parti municipal mis sur pied par le maire lui-même, le Parti des citoyens, ne saura faire s'il est élu en 2017, en remettant au pouvoir ceux-là mêmes qui nous ont conduits au gouffre financier dans lequel nous sommes présentement englués.

Blandine Lapointe-Brassard

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer