Indépendants, dites-vous?

Josée Néron, chef de l'ERD... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Josée Néron, chef de l'ERD

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / La fièvre électorale municipale commence à émerger dans le Haut-Saguenay. En cette fin du mois d'août 2016, il est temps, pour ceux qui désirent être candidats à la mairie ou dans l'un des districts de la ville, de prendre position sur leur type de candidature: indépendants, candidats pour le parti A ou B.

Plusieurs candidats désirent demeurer indépendants. Leur argument: les partis politiques ont une ligne de parti et le candidat perd son indépendance.

À Saguenay, de 2002 à 2013, il n'y avait aucun parti politique et pourtant nous avons connu, durant toute cette période, une gouvernance pire que s'il y en avait eu; nous avons connu la loi du silence; nous avons connu des plans triennaux qui semblent avoir été faits sur un coin de table et qui, de toute façon, n'ont jamais été respectés. Nous avons connu le «Je, Me, Moi» du maire en fonction, qui ne souffrait aucune contestation de ses décisions. Un trou noir qui a absorbé tous les conseillers municipaux indépendants. Est-ce ce genre de gouvernance que ces candidats indépendants recherchent? Certainement pas.

Nous avons parlé de deux partis pour les prochaines élections. D'une part, l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), et, d'autre part, le Parti des citoyens de Saguenay.

Parlons d'abord de l'Équipe du renouveau démocratique dont je suis l'un des cofondateurs et premier président jusqu'à la fin de novembre 2013. Ce parti a été fondé par une dizaine de personnes. Leur but: former un parti basé sur des valeurs démocratiques dont, entre autres, et je cite: «Le Parti s'engage à respecter le libre arbitre des élus membres de l'ERD lorsqu'ils auront à discuter et à voter lors de toute résolution au conseil de ville, à condition de respecter les valeurs et les orientations du parti».

D'ailleurs, sur le site web du parti, nous pouvons lire: «L'ERD vise à développer la ville par une gestion participative des citoyens particulièrement pour les projets de société qui influeront sur l'avenir de la ville et de ses citoyens». Notez que le conseil d'administration est formé actuellement de 13 personnes. Le parti a un programme qui n'est pas une liste d'épicerie de projets populistes. Son programme est principalement orienté sur une méthode de gouvernance qui favorise la participation des citoyens aux prises de décisions les plus critiques pour la ville tels le plan triennal et le partage des responsabilités entre le comité exécutif, le conseil de ville et les conseils d'arrondissements.

Que nous présente le Parti des citoyens de Saguenay, fondé par le maire actuel qui en est le chef et aussi le président, malgré qu'il ne se représente pas aux prochaines élections? Le conseil d'administration est composé de cinq membres. Que peut-on retrouver sur leur site Web? RIEN. Nous voyons que le chef de ce parti a transposé sa vision de gouvernance qui sera perpétuée si ce parti est majoritaire: le «Je, Me, Moi» du chef, donc du maire.

Il est évident que les partis politiques ne logent pas tous à la même enseigne. Il y a des partis, comme l'ERD, qui privilégient le libre arbitre de leurs candidats élus et une gestion participative des citoyens tout au cours du mandat. Il y a d'autres partis, tel le Parti des citoyens de Saguenay, qui, si l'on se fie aux propos et aux méthodes du maire actuel ainsi qu'à l'absence d'information sur son site web, n'ont pour but que le pouvoir et considèrent que la consultation des citoyens est une perte de temps. Ce genre de parti, à l'image de la gestion préconisée par le maire actuel, se retrouve malheureusement dans plusieurs villes et nuit à l'image des partis qui ont une vision à long terme et qui veulent instaurer une saine gouvernance.

J'estime que ceux qui veulent se présenter indépendants doivent réfléchir à leur geste. Sans la présence de l'ERD au cours du présent mandat, je ne pense pas que les candidats indépendants, qui partagent les valeurs de l'ERD, auraient pu influencer autant l'administration actuelle. Choisissez votre camp mesdames et messieurs candidates et candidats indépendants aux prochaines élections municipales de novembre 2017!

Jacques Pelletier

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer