Léo Ferré, le poète symphonique!

Léo Ferré... (Archives La Presse)

Agrandir

Léo Ferré

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Il y a 100 ans le 24 août 1916 naissait Léo Ferré, qui allait devenir l'un des plus grands auteurs-compositeurs-interprètes de son temps.

En avril 1986, alors qu'il était de passage au Québec, j'ai eu le privilège de voir et entendre Ferré au Grand théâtre de Québec. Prestation magistrale fut donnée par un artiste tout aussi magistral.

Lors de ce concert d'un peu plus de trois heures, je vis deux Ferré.

En première partie dudit concert, je vis le Ferré parolier de génie, installé seul devant son piano à nous chanter ses plus grandes chansons qui jadis avaient fait frissonner les petites boîtes à chansons parisiennes, et par la suite les plus réputées telles que Bobino, l'Alhambra et l'Olympia.

Puis, je vis Ferré le poète symphonique, debout face à nous, installé devant un grand orchestre qui faisait dos aux spectateurs et qu'il dirigeait tout en chantant des passages de son Opéra du pauvre.

À près de 70 ans, avec sa blanche crinière et son verbe éclatant, Ferré était impressionnant et magnifique.

Faut dire que Ferré avait la musique dans le sang depuis son plus jeune âge. Grand amoureux de Beethoven et de Ravel, Ferré a d'abord composé des oeuvres symphoniques avant d'écrire des chansons.

Pour ma part, j'ai toujours senti de grandes affinités dans la musique de Ferré avec l'univers de Beethoven, justement. J'ai toujours dit de Ferré qu'il était le Beethoven de la chanson française.

Ferré ne l'a pas toujours eu facile avec le milieu de la chanson française qui lui reprochait son anticonformisme. Il fut souvent boudé par les radios parce que ses chansons n'étaient pas en vogue ou encore dans l'air du temps. Même sa grande chanson «Avec le temps» fut d'abord refusée par une maison de disque française avant de devenir plus tard son plus grand succès gravé sur disque.

Mais heureusement Ferré a persisté et il reçut la reconnaissance de son vivant.

Sa chanson «C'est extra», largement diffusée dans les radios du monde, contribuera à agrandir sa renommée auprès du public et en fera un artiste populaire au sens noble du terme, malgré le fait qu'on disait de lui qu'il était un poète anarchiste.

Sa chanson «La mémoire et la mer» est à mes yeux sa plus grande réussite. Poème-fleuve mis en musique magnifiquement, elle résume toute l'ampleur poétique qui habitait Ferré, sa démesure et son humanité.

Yvan Giguère

Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer