Le moment d'agir concrètement

François Legault... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

François Legault

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Je ne serais pas surpris d'apprendre qu'au cours de la visite de Marine Le Pen au Québec, il y a quelques mois, la chef du parti d'extrême droite français ait rencontré en catimini l'intelligentsia du parti Coalition avenir Québec (CAQ).

Face au port du burkini, ce maillot de bain porté sur les plages par certaines femmes musulmanes, la CAQ a manifesté une tolérance zéro, faisant valoir la symbolique de l'avilissement de la femme. Et l'autonomie de cette dernière, alors? Alors si ce parti obtus, qualifié avec raison de droite populiste par le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, venait, un jour, à prendre le pouvoir, pourrait-on s'attendre à ce que tous les signes religieux, sauf les signes catholiques, bien sûr, fassent l'objet d'interdiction dans l'espace public québécois? Le voile islamique, la barbe musulmane, la kippa juive, le kirpan sikh, le turban hindou. Et tout autre identifiant porté à visage découvert non conforme à l'idéologie caquiste.

Rappelons ici que les partis de droite populistes jouissent d'une cote montante dans le monde, en particulier en Europe; une mondialisation qui ne pourra qu'atteindre ce côté-ci de l'Atlantique. Comme si ce n'était pas déjà le cas, à observer la tournure prise dans la course à la présidence américaine. Et ce n'est bien sûr pas un nouveau président des États-Unis , en la personne de Donald Trump, qui va donner davantage de répit aux enfants de la guerre, tel le petit Syrien, Omrane Daqnessh, cinq ans, sorti indemne des décombres de la maison familiale suite à un autre bombardement par les forces russo-syriennes de la ville d'Alep.

Pour revenir à la politique québécoise, quatre élections complémentaires auront lieu d'ici six mois, dont une dans le comté d'Arthabaska détenu par la CAQ depuis quelques mandats. L'occasion serait belle pour faire mordre la poussière aux caquistes, tout en battant les libéraux, grâce à un regroupement des forces «progressistes» dans cette circonscription laissée vacante à la suite du décès de la députée caquiste, Sylvie Roy. Mais encore faudrait-il que les péquistes et les solidaires se mettent d'accord pour tenter enfin une expérience de terrain, plutôt que de continuer jusqu'à plus soif à discutailler chacun de leur côté sur la pertinence d'une convergence des forces souverainistes, pour chasser les libéraux du pouvoir lors de la prochaine élection générale. Bien que les leaders des partis concernés rétorquent qu'il faut prendre le temps de consulter les membres sur la convergence des forces indépendantistes, l'occasion des complémentaires est, selon moi, trop belle pour la laisser passer. Un candidat commun se présentant sous la bannière de Québec solidaire dans un comté et un candidat commun sous la bannière péquiste dans les trois autres. L'urgence de la situation commande une action concrète dans un court délai.

Marcel Lapointe

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer