Lettre aux riverains

OPINION / Nous avons reçu au début du mois d'août 2016, une lettre de la... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Nous avons reçu au début du mois d'août 2016, une lettre de la compagnie Rio Tinto nous informant qu'une réflexion interne était entreprise sur la maximisation de la valeur de ses propriétés foncières. C'est ainsi que l'entreprise a concocté certaines mesures concernant les riverains du lac Saint-Jean, locataires de terrains appartenant à la compagnie.

Même si on nous affirme que cette réflexion n'en est qu'au début, un échéancier est déjà envisagé, soit à la fin des baux actuels qui lient les riverains à la compagnie. Cette fin des baux constitue l'étape finale, mais des actions sont à prévoir entretemps.

Le plan est exposé succinctement dans le bref document envoyé aux riverains. Il décrit l'hypothèse envisagée de vente ou de location des terrains occupés par les riverains. Un prix possible de location est amené, un prix de vente peut être extrapolé.

À ce moment-ci de ma réflexion, je me pose de sérieuses questions sur la valeur de mon chalet-maison à partir de cet envoi. Déjà, je pense au pire. Pour ceux qui pensent acheter, les règles viennent de changer. Pour ceux qui veulent vendre aussi.

Si le lien de propriétaire de Rio Tinto est une réalité juridique, l'est-elle aussi au niveau éthique? Le gouvernement du Québec a cédé vers 1920 à la compagnie Duke-Price, qui sera propriété Alcan quelques années plus tard, le privilège d'exploiter le lac Saint-Jean pour son énergie et avec ce privilège, la propriété des terres basses autour du lac Saint-Jean. Ce n'était sûrement pas pour envisager de revendre aux riverains les terres ainsi acquises. On se souvient du combat d'Onésime Tremblay.

Et comment ne pas lier cette réflexion aux prochaines négociations de la compagnie sur le renouvellement du décret avec le gouvernement du Québec, qui interviendra d'ici quelques années? Rio Tinto lie également cette réévaluation du statu quo aux possibles augmentations de coûts liés au prochain décret.

Le gouvernement du Québec a une responsabilité vis-à-vis les riverains actuels et ne doit pas les laisser seuls avec la compagnie dans ce bras de fer qui s'amorce. Quel pouvoir les riverains ont-ils face à un propriétaire qui peut fixer unilatéralement les règles du jeu?

Les municipalités doivent aussi soutenir les riverains. Leur légitimité politique les habilite à faire contrepoids, s'il y a lieu, pour l'établissement de consensus sociaux pour leur communauté.

C'est une bataille qui s'amorce et les associations de riverains doivent s'y préparer par l'implication de leurs membres. La bataille de l'opinion publique sera primordiale. Dans ce contexte, il faut à tout prix éviter une seconde tragédie du lac Saint-Jean.

Jacques Regnie

Association des riverains du chemin numéro 15, Métabetchouan-Lac-à-la-Croix

Jean Pedneault, directeur du Programme de stabilisation des... (Archives Le Quotidien) - image 2.0

Agrandir

Jean Pedneault, directeur du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean.

Archives Le Quotidien

Reporter la révision

OPINION / M. Jean Pedneault, directeur du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean,

La présente est pour donner suite à notre rencontre du 26 juillet dernier. Nous comprenons qu'une entreprise doit revoir régulièrement ses manières de faire.

Le conseil d'administration de Riverains Lac Saint-Jean 2000 inc. confirme son intérêt à participer à un comité de réflexions sur la révision de la politique de gestion immobilière de la Société Immobilière Alcan ltée, mais la majorité de nos membres considèrent que cette réflexion est une menace en vue du renouvellement du décret entre RTA et le gouvernement du Québec qui vient à échéance en 2016. Le conseil d'administration de Riverains Lac Saint-Jean 2000 inc. demande à RTA de reporter la révision de la politique de gestion immobilière de la Société Immobilière Alcan ltée après le renouvellement du décret.

Ce délai de quelques mois sera bénéfique pour établir un climat de confiance entre les parties. C'est aussi une belle occasion pour RTA de prouver que cette réflexion n'est pas liée au renouvellement du décret.

Espérant que vous accepterez notre demande, qui dissipera un peu l'inquiétude et les craintes de nos riverains locataires.

Claude Duchesne

Président des Riverains La Saint-Jean 2000 inc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer