La mesquinerie politique

Gérald Harvey.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Gérald Harvey.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Le pouvoir en démocratie appartient au peuple; il doit partir de la base et monter vers le haut, vers ceux qui prennent les décisions qui ont des conséquences sur notre vie de tous les jours.

Lorsqu'on fait des fusions ordonnées par le haut sans consulter la population, on fait des victimes et il y a presque toujours des perdants. Dans ce cas, ce n'est plus de la démocratie: c'est de l'autocratie. Lorsque Jonquière a envahi ses deux voisines, Arvida et Kénogami, on n'a pas consulté la population, on a imposé cette fusion décidée par des politiciens de Jonquière au pouvoir, Gérald Harvey étant ministre dans le gouvernement libéral du Québec.

Le Parti québécois n'a pas fait mieux en imposant la fusion de Saguenay et en y joignant trois municipalités d'agriculture et de villégiature, qui n'avaient rien à voir avec l'urbanisation et qui étaient fières de leur petite bourgade: Laterrière, Lac-Kénogami et Shipsaw.

Et ça ne s'arrête pas là; non content d'avoir fait mainmise sur ces trois municipalités, la mesquinerie très bien représentée aujourd'hui par la clique du maire de Saguenay. [...]

Qui va maintenant représenter l'agriculture et la villégiature à Saguenay? Je vous le donne en mille: les gens de la Ville. Le problème c'est que pour eux, à l'extérieur de la ville point de salut. Sauf que la campagne et la villégiature, c'est le bon air, le calme et la paix contrairement à la ville qui est stress, bruit et pollution, et en plus, ils veulent nous l'imposer par l'étalement urbain.

Fernand Turbide

Lac-Kénogami

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer