Comment peut-on s'opposer à la vertu?

Le criminaliste Charles Cantin se présentera comme conseiller... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le criminaliste Charles Cantin se présentera comme conseiller municipal à Jonquière lors du scrutin de novembre 2017.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / En page 10 du journal Le Quotidien du jeudi 11 août, Me Charles Cantin répliquait à la critique de Richard Banford parue la veille dans la rubrique Carrefour des lecteurs de ce même journal. Tout comme Me Cantin, je crois que la population est fatiguée des décisions prises en catimini et de l'hégémonie d'un groupe politique qui se croit tous les droits.

Ce n'est pas exactement ses mots, mais bon. Je me souviens qu'en 1996, un certain Jean Tremblay, un type totalement étranger à la politique municipale jusqu'alors, tenait ce genre de propos au sujet de l'administration Blackburn. Faute de moyens concrets pour changer réellement les manières de faire et confronté à sa propre inexpérience politique et administrative dans le domaine public, il s'est avéré que l'honorable notaire n'a pas réussi après 20 ans au pouvoir à rehausser la confiance du public. Quels seront les moyens utilisés par Me Cantin pour infléchir la tendance actuelle? Comment compte-t-il y parvenir seul devant un groupe organisé comme le Parti des citoyens qui n'a aucunement l'intention de changer ses vieilles habitudes?

Me Cantin est certainement plein de bonnes intentions. Ce qu'il pense des partis politiques municipaux est partagé par une grande partie de la population et j'y souscrirais bien volontiers. Malheureusement, nous ne vivons pas dans un film de Disney. Bien avant la fondation de l'Équipe du renouveau démocratique (l'ERD) et bien avant celle du Parti des citoyens (le PC), le maire pouvait déjà compter sur un quasi-parti politique. L'équipe de Jean Tremblay, devenue par la force des choses le PC, a fait la pluie et le beau temps à l'hôtel de ville bien avant la création d'un parti politique. Si l'ERD existe, c'est en réaction à cette hégémonie aujourd'hui fustigée par Me Cantin. Même avec l'élection de deux conseillères de l'ERD, il est très difficile pour un conseiller indépendant de faire avancer des projets qui ne s'aligneraient pas avec les orientations du bureau du maire. Les fondateurs de l'ERD ont très vite compris qu'il n'y avait qu'une seule manière de changer les choses pour redonner le vrai pouvoir aux citoyens. Il fallait combattre le feu par le feu. Et c'est à travers un programme précis qu'ils y parviendraient. Un programme dont les élus du parti seront garants de l'application devant l'ensemble des membres du parti et devant la population.

Pour ce qui est des propos de M. Richard Banford, il ne s'agit là que de l'étalage des réalisations de l'administration actuelle. Tout politicien au pouvoir aurait pu étaler ses réalisations et ç'aurait été tout aussi éloquent. En politique, il n'y a toujours qu'un seul politicien qui peut étaler ses accomplissements alors comment comparer? Oui, je sais comment! Regardons ce qui s'est passé à Gatineau... Comment peut-on être contre la vertu?

Benoît-Robin Lessard

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer