Qui a peur de Charles Cantin?

Charles Cantin... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Charles Cantin

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Depuis que le célèbre criminaliste jonquiérois a annoncé son intention de briguer un poste au conseil municipal, nous assistons à un déluge de réactions sur les réseaux sociaux. La plupart des commentaires sont en appui à Me Cantin. Cependant, on constate aisément que l'arrivée plutôt prématurée dans la campagne de ce personnage notoire, fort en gueule et charismatique comme pas un, chamboule dangereusement les plans de certains, en particulier ceux qui prônent la partisanerie politique au municipal, car le populaire avocat désire demeurer indépendant.

C'est que Me Cantin est trop fort pour la ligue. Plus de 18 mois avant l'élection générale, on tente de discréditer son choix d'indépendance. Prenons acte du «nébuleux avertissement» que lui a servi Richard Banford, ex-conseiller personnel du maire Jean Tremblay, dans les pages de ce même journal. Bien que M. Banford ait pu constater des problématiques réelles lors de ses mandats au sein de l'administration Tremblay, je suis d'avis que ses supputations sur l'avenir «sombre» des conseillers indépendants ne tiennent pas la route. Il y a anguille sous roche à insister publiquement sur la nécessité que Me Cantin joigne un parti. En voici la raison: parce qu'un homme de la trempe de ce dernier est de facto une menace directe pour n'importe quel prétendant à la mairie qui aurait l'intention de restreindre le pouvoir décisionnel municipal à ses apôtres dûment élus sous sa bannière et faire les choses dans l'ombre. C'est cela qui dérange. Et qui plus est, les tentatives de rabaisser publiquement Me Cantin pourraient avoir un dangereux effet boomerang pour ceux qui se croient en mesure d'en tirer quelconque avantage. En effet, Charles Cantin a une arme redoutable que nul autre ne possède: l'amour sincère du public, en particulier des Jonquiérois. Parce que Charles Cantin est authentique, généreux, juste, humble, très drôle, accessible et toujours là pour aider son prochain dans la détresse. Souvenez-vous de la vieille dame à la chaise trop bruyante! Mon ami Charles déteste les abus, l'intimidation, les profiteurs, et ceux qui le connaissent savent à quel point il a le coeur sur la main et qu'il fait le bien autour de lui depuis de nombreuses années sans rien demander en retour. Bien sûr, il a quelques défauts, mais que ses détracteurs prennent note que nous lui pardonnons d'avance ses petits travers qui, face à ses qualités, font de lui un être d'exception.

Pour finir, je m'explique mal l'insistance de l'ERD et du Parti du citoyen à vouloir absolument rester en place. L'un est la raison d'exister de l'autre depuis leur fondation respective. Nous n'avons plus besoin de ces structures de combat coûteuses. Pourquoi ne pas saluer les 17 ans de règne de Jean Tremblay et revenir à un conseil complètement indépendant composé de gens raisonnables? On éliminerait la perte d'énergie partisane qui ne sert en aucun cas le citoyen. Bref, certains intervenants auraient impérativement besoin du bon Doc Emmett Brown et de sa légendaire DeLorean (Retour vers le futur) pour aller faire un tour en novembre 2017 et constater que les indépendants auront la cote et que Me Cantin sera élu envers et contre tous!

Mélanie Boucher

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer