Québecair, on s'ennuie de toi!

N'applaudissez pas trop vite mesdames et messieurs de l'aviation régionale.... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

N'applaudissez pas trop vite mesdames et messieurs de l'aviation régionale. Parce que les politiciens ont des méthodes affinées pour calmer le jeu, sans pour autant que les attentes de leurs commettants se concrétisent. Qui ne sait pas que les voyages à Cuba en avion sont payants pour tout le monde?

Les Cubains pour le taux de change, les voyageurs pour une place au soleil bien et peu dispendieuse, et évidemment pour les compagnies aériennes dont les avions sont remplis tout le temps, à l'aller comme au retour. Rien de comparable avec des voyages d'affaires dans le Grand Nord, sinon le prix du passagede 1000$, a donné comme exemple le président-directeur général de l'Association québécoise du transport aérien. Selon le journal Le Quotidien, le monde de l'aviation régional du Québec va se réunir en sommet pour trouver des moyens de rendre les frais imposés aux transporteurs moins onéreux. Très bien, mais cela s'avérera-t-il assez rentable pour que les compagnies diminuent le prix des billets? Jean-Marc Dufour dit qu'aux États-Unis, les prix sont plus abordables qu'au Québec, à telle enseigne que les Québécois vont prendre l'avion à Burlington pour aller dans le Sud. Oui, mais aux É.-U., la demande pour voyager en avion est passablement plus forte qu'au Québec, ce qui fait que les prix sont réduits. Et comment ne pas avancer même que pour voyager en avion à l'intérieur du territoire américain, les prix sont beaucoup moindres pour des distances comparables?

Dans les années 80 et avant, il y avait les bons vieux DC-3 de Québecair qui, malgré leur part d'écrasements, nous transportaient aux quatre coins de la province contre vents et tempêtes. Mais la concurrence a fait disparaître quelque chose qui marchait, au profit de quelques-uns. Bien hâte de voir comment une autre grand-messe pour solutionner les problématiques économiques, cette fois-ci le transport aérien régional anémique, atteindra son objectif. Si ce n'est l'intervention gouvernementale, laquelle, soit dit en passant, existait pour offrir un service essentiel que fut Québecair. Mais on lui a coupé les vivres, probablement à cause de lobbys influents sur les politiques n'ayant rien à voir avec les services essentiels.

Marcel Lapointe

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer