Mieux vaut mourir entre 8h et 16h

La direction du CSSSC a décidé en juillet d'abolir le service de garde du... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

La direction du CSSSC a décidé en juillet d'abolir le service de garde du service des soins spirituels pour l'hôpital de Chicoutimi. Quelle fierté d'être le premier hôpital d'envergure au Québec à perdre un service essentiel; si on considère le soin d'une façon globale et non purement biologique!

Le plus aberrant c'est que depuis plusieurs années les membres du service des soins spirituels (prêtre comme laïc) avaient accepté des conditions hors convention afin de faire économiser des milliers de dollars à l'établissement de santé. Et encore aujourd'hui, malgré l'abolition d'un poste de trois jours, l'équipe était prête à faire de sacrifices afin d'offrir à la population et surtout aux patients qu'ils accompagnent un service continu et accessible en tout temps. Mais il faut croire qu'il y a un besoin urgent d'argent. Et à tout prix!

Mieux vaut angoisser face à sa mort ou devant la mort d'un être cher entre 8 et 16 heures! Et si on pense à une mort violente: suicide, accident, mort subite... Nous n'avons plus grand pouvoir sur l'heure! Et que faire avec les malades encore conscients et leur famille qui sont dans une grande angoisse? Les faire patienter jusqu'au lendemain! Qui va leur dire ça! N'ont-ils pas besoin d'un soutien d'ordre spirituel, c'est-à-dire d'un être humain? Il est important de savoir que ce n'est pas donné à n'importe qui d'être capable d'intervenir à ce moment-là!

Considère-t-on encore aujourd'hui le besoin fondamental de conférer un sens à sa vie, à sa souffrance et à sa mort? Et doit-on y réfléchir seulement entre 8h et 16h? Et pour l'amour du ciel, arrêtez les guerres de clocher, car depuis 2011, à la grandeur du Québec, le service des soins spirituels est un service non confessionnel avec une ouverture au religieux, à la pluralité des croyances. Ce n'est plus le temps de se battre pour avoir un prêtre, mais pour avoir un professionnel capable de tenir compte de la spiritualité du patient. L'intervenant va s'assurer de faire le lien avec votre communauté de foi si nécessaire!

Comme si cela n'était pas assez! Nous savons qu'une fusion des établissements devrait arriver vers le mois d'octobre entre les hôpitaux de Jonquière, La Baie et Chicoutimi. J'ai donc cru bon de parler du système de garde des autres régions qui ont su économiser en couvrant plusieurs centres hospitaliers lorsqu'un intervenant est de garde. On aurait pu attendre la fusion vers le mois d'octobre et ainsi couvrir les trois établissements tout en économisant déjà beaucoup. Je croyais apporter une idée géniale afin de sauver les meubles! Mais il faut croire que c'est insuffisant et que cela ne fait pas partie des plans de la direction! Faut-il en déduire que très bientôt le service de garde des soins spirituels de Jonquière et La Baie sera aboli aussi puisqu'ils sont encore plus petits que Chicoutimi...

Lorsque je pense à toutes les familles et à tous les mourants agonisants dont j'ai tenu la main, je ne peux qu'être attristé à l'idée que les prochains qui auront un besoin la nuit n'y auront pas droit! Et comment ne pas être indigné face à une telle coupe, une telle décision! Sommes-nous rendus là comme société? Sommes-nous pauvres à ce point? Suis-je le seul à être indigné?

Nicolas Beauchemin

Intervenant en soins spirituels

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer