Dis-moi, État islamique?

OPINION / Attentats, massacres, tueries, barbaries ne cessent d'être... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Attentats, massacres, tueries, barbaries ne cessent d'être revendiqués par ce soi-disant État islamique. On croirait reculer de centaines d'années avec cette guerre religieuse qui fait des milliers de victimes innocentes! N'a-t-on pas appris du passé?

Mais dis-moi, État islamique, au nom de quel Dieu sont justifiées ces violences envers l'humanité? Pour qui et pour quoi agir avec tant de cruauté envers ses semblables? N'y a-t-il pas incohérence qu'un Dieu, celui que vous adulez et que nous connaissons comme un Dieu d'amour et non vengeur, puisse ordonner d'agir avec haine envers son prochain?

Quel que soit le Dieu qui anime notre foi, que l'on le nomme Père, Bouddha, Allah, Divinité, Lumière ou Énergie, il ne peut être autrement que tendresse, bonté, compassion, respect, tout ce qu'une âme peut dégager de positif. Jamais Dieu n'ordonnerait de tuer mon ennemi, d'anéantir mes adversaires, de détruire l'humanité, de semer la terreur à tout vent! Même que mon Dieu en qui je crois m'invite à prier pour celles et ceux avec qui les relations sont difficiles, voire impossibles! Plus encore, il souhaite que je pardonne 77 fois 7 fois, digne d'un amour divin.

Devant ces atrocités dont nous sommes si démunies et ces vies perdues à cause de fidèles religieux extrémistes, aveuglés et animés par de fausses croyances, ripostons en multipliant les gestes, les regards, les présences d'amour autour de nous! Semons la paix et la paix viendra! Semons la joie et la joie éclatera! Semons l'amour et l'amour vaincra! Embellissons au centuple notre humanité assoiffée!

Et comme un cri d'espérance dans le monde, voici cette prière de St-François d'Assise: «Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix. Là où est la haine, que je mette l'amour. Là où est l'offense, que je mette le pardon. Là où est la discorde, que je mette l'union. Là où est l'erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l'espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie. Ô Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu'à consoler, à être compris qu'à comprendre, à être aimé qu'à aimer. Car c'est en se donnant qu'on reçoit, c'est en s'oubliant qu'on se retrouve, c'est en pardonnant qu'on est pardonné.»

Sonia Côté

Saguenay

Une réforme inéquitable

Même si on lui apporte des amendements qui seront forcément mineurs, la nouvelle carte électorale de Saguenay recèle un déséquilibre démocratique tout aussi injustifié que les distorsions qu'avait artificiellement créées le maintien des petits districts électoraux depuis 2001.

Ceux et celles qui ne l'avaient pas encore réalisé doivent désormais prendre acte des changements apportés au décret qui maintient à trois les conseillers municipaux à La Baie, réduisent à six la représentation respective de Chicoutimi et Jonquière et circonscrit à chaque arrondissement le calcul de l'écart maximal (15%) des électeurs entre les districts.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Le maintien de la représentation numérique de La Baie se fait au détriment démocratique de Jonquière et Chicoutimi qui voient leur nombre de conseillers diminuer de 25%. Avec 13% des électeurs, La Baie compose 20% des élus du conseil. Jonquière avec 41% des électeurs obtient 40% des élus tout comme Chicoutimi qui est toutefois sous représentée avec 46% des votants (5372 électeurs de plus que Jonquière).

L'égalité du vote des électeurs et le respect des communautés naturelles constituent les deux critères édictés par la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.

Manifestement, les changements législatifs apportés au décret de la ville favorisent le critère des communautés naturelles, mais le limitent à La Baie en ignorant les autres arrondissements. De plus, ils atténuent significativement le critère de l'égalité du vote des électeurs, notamment pour l'arrondissement de Chicoutimi. La Baie aura donc trois conseillers élus chacun par une moyenne de 4904 électeurs. Les six conseillers de Jonquière seront élus par une moyenne de 8003 électeurs et ceux de Chicoutimi par 8898 électeurs en moyenne.

Sur le terrain électoral, les distorsions pourront être impressionnantes. Par exemple, le district numéro 12 de Chicoutimi comptera 9436 électeurs, le district numéro 2 de Jonquière 7598, et les districts de La Baie respectivement de 4584, 4774 et 5363 électeurs.

On peut donc affirmer que la réforme électorale à Saguenay engendrera des distorsions importantes dans la gouvernance politique et la démocratie municipale. La charge de travail et les responsabilités pourraient varier considérablement d'un élu à l'autre selon la population et les caractéristiques du district, et selon les mandats politiques que le maire pourrait accorder à l'un ou à l'autre. Est-ce que ce nouveau cadre démocratique, hautement perfectible, permettra à nos élus d'être à la hauteur des services qu'ils doivent rendre aux citoyens?

Il faudra discuter à la prochaine campagne électorale si on peut faire mieux.

Laval Gagnon

Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer