Régis vous reculez, mais un peu trop!

Si vous le permettez, je vais ici utiliser votre prénom dans mon commentaire.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Si vous le permettez, je vais ici utiliser votre prénom dans mon commentaire. Et pourquoi? Parce que je vous aime bien Régis! Les quelques rencontres brèves avec vous à Québec, lors d'événements culturels ou simplement sur le trottoir, ont été agréables et m'ont démontré à quel point vous êtes un homme accessible, sympathique et cultivé. Mais je suis très déçu ici de constater que vous reculez dans le dossier des pitbulls à Québec. Ce qui aura des conséquences néfastes pour la suite des choses.

Suite à la déferlante des critiques, et même des menaces des propitbulls, vous reculez un peu trop dirais-je, Régis, sur votre décision de vouloir éliminer les pitbulls de votre ville dès le 1er janvier 2017. Et votre argument selon lequel vous préférez laisser le gouvernement du Québec prendre toutes les décisions est des plus décevants, comme si vous vouliez vous débarrasser tout simplement de cet épineux dossier des pitbulls.

Lors d'une entrevue en début de semaine, avec les médias, vous avez même déclaré que vous étiez heureux de ne pas avoir un enfant en bas âge qui pourrait être confronté à un pitbull dans l'un des parcs de votre ville. Là, je ne vous suis pas! Il y aura tout l'été des enfants de 8 ans et moins dans les parcs de votre ville où se trouveront, entre autres chiens dangereux, ces fameux pitbulls. Fait à souligner: saviez-vous que la mâchoire d'un pitbull applique plus de pression par centimètre carré que celle d'un requin blanc ou d'un loup? Vérifier donc pour voir avec l'autre lobby des vétérinaires du Québec qui se porte, lui aussi, à la défense des pitbulls.

Je constate à regret que vous vous êtes fait enfirouaper, Régis, par le lobby agressif des propitbulls, qui ne vous a pas lâché d'une semelle depuis plus d'un mois. Je le conçois, cela doit être éprouvant. Soit!

Écoutez Régis, vous contribuez ce faisant à banaliser vous aussi les drames humains qui se sont produits au Québec dernièrement suite aux attaques de pitbulls.

Vous minimisez vous aussi - comme les propitbulls - la mort de Christiane Vadnais, cette femme de 55 ans et mère de famille qui a été tuée par un pitbull à Pointe-aux-Trembles. Je sais Régis que cette tragédie vous a touché et qu'elle a fortement influencé votre première décision de vouloir bannir les pitbulls dès janvier 2017.

Je ne vous reconnais plus Régis. N'attendez pas qu'un enfant de Québec se fasse lui aussi dévisager ou même tuer par ce molosse de chien qu'est le pitbull. Ne vous laissez pas attendrir par ces photos qu'on nous montre dans les journaux, suite à la manifestation propitbull du 3 juillet où on a eu le culot de nous montrer un enfant qui embrassait l'une de ces bêtes. Gentil toutou! Pas dangereux, le toutou! Allez, regardez la photo du «gentil chien-chien» ! On reconnaît là la stratégie vicieuse des propitbulls! Ils aiment tellement nous attendrir avec leurs pitbulls, pour nous montrer qu'on est dans le champ! C'est nous prendre pour des valises!

Tant que ça n'arrive pas à l'un des membres de notre famille... Tant qu'un de vos enfants ne s'est pas fait arracher une main ou la moitié du visage... Tant que votre propre mère ne s'est pas fait mutiler, dévorer sauvagement par un pitbull et qu'elle en soit morte...

Et bien alors on fera comme vous Régis, on réagira sur le coup de l'émotion. On se montrera réactionnaire et on voudra bannir ce chien maudit. Puis, on se calmera. On se fera dire qu'on exagère! Puis, on se dira comme vous: «Ce n'est pas si grave et il y a bien d'autres problèmes plus graves à régler dans nos villes.»

Et ce sera ainsi jusqu'au moment où l'on apprendra qu'un autre enfant, qu'une autre personne âgée s'est fait attaquer violemment par le supposé gentil toutou de pitbull du voisin.

Votre décision de reculer, Régis, aura des répercussions fâcheuses.

D'abord, cela enverra illico un message au gouvernement du Québec en dédramatisant la dangerosité du pitbull. N'oublions pas que Philippe Couillard a laissé entendre dernièrement qu'il envisagerait la possibilité de faire comme en Ontario, où l'on a banni, pour le mieux, les pitbulls en 2005. Mais là, oublions ça. Couillard aussi va reculer dans ses propos. Il va prendre un temps fou, avant de vouloir imposer une réglementation sévère, si tel est le cas.

Et le gouvernement du Québec pliera finalement l'échine devant le lobby des propitbulls, cette petite minorité de propriétaires de chiens au Québec qui seront morts de rire et qui auront gagné, au final, leur cause. Tant pis pour vous Régis. Vous devrez vivre avec la mollesse de votre décision. Passez un bel été et gardez l'oeil ouvert si vous allez vous détendre dans l'un des parcs de votre ville. Au plaisir de vous saluer à nouveau à Québec.

Yvan Giguère, Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer