Antidépresseurs dévastateurs?

Les antidépresseurs Prozac.... (Photo AFP)

Agrandir

Les antidépresseurs Prozac.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Encore un autre article sur les antidépresseurs; ces pilules miraculeuses qui devraient améliorer la santé mentale des personnes qui souffrent de dépression! Mais, qu'en est-il véritablement?

Ces médicaments sont des psychotropes souvent appelés psychoanaleptiques qui agissent sur le système nerveux central. Ils apportent des modifications de la perception, des sensations, de l'humeur, de la conscience et d'autres fonctions comportementales.

En effet, ceux-ci causent, souventes fois, des troubles maniaques, de l'humeur, de comportements destructeurs incontrôlables, d'agressivité, de perte de mémoire à court terme, de pensées suicidaires intenses, d'accès de colère subite, de violence, de pensées meurtrières et de psychoses. Ces manifestations sont un résumé, car plusieurs effets néfastes ont été notés.

Il a été prouvé, lors d'études scientifiques récentes, que pour les personnes dépressives qui absorbent ces médocs: 1/3 d'entre elles ont une rémission, 1/3 ont une réponse fragmentaire et 1/3 ne répondent pas au traitement. Nous constatons d'emblée que ces médicaments n'ont pas l'efficience qu'on veut bien leur accorder!

Toujours selon ces mêmes études, leur efficacité a été grandement remise en doute, car très peu de différence a été observée entre les personnes qui consommaient des antidépresseurs contre celles qui ingéraient des placebos (sans effet pharmacologique).

De plus, une mise en garde a été effectuée dernièrement en ce qui concerne les antidépresseurs suivants: Paxil, Zoloft, Prozac et Celexa, entre autres, tous des ISRS (inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine). Ils sont les plus souvent prescrits et il y en a de nouveaux sur le marché (versions supposément améliorées de ceux énoncés précédemment), car les compagnies pharmaceutiques font des milliards de dollars par année avec ces médocs.

Un éminent psychiatre a exprimé que les médecins et les psychiatres qui les prescrivent devraient s'en tenir à suggérer au patient de se reposer afin de récupérer ses énergies et, par la suite, reprendre sa vie en main sans substance chimique qui crée, en plus, une dépendance et une toxicité indubitables.

Lors de l'arrêt de ceux-ci, que dire de la désintoxication qui s'ensuit? Difficile de réapprendre à vivre dans la réalité, de gérer le stress, l'anxiété et le sommeil perturbé sans omettre les nausées, la fatigue, les «flash-back» et bien d'autres!

Mais, malgré tous les effets dévastateurs des antidépresseurs, les médecins et les psychiatres continuent de les prescrire «à outrance». Évidemment, ce ne sont pas eux qui les ingèrent!

Je rédige des articles concernant les antidépresseurs depuis déjà un an, car je crois sincèrement qu'il y a d'autres alternatives pour venir en aide aux personnes dépressives telles que le repos et un suivi avec un bon thérapeute. Maintenant, je comprends mieux les psychologues qui ripostent contre la médication lorsqu'il s'agit d'une dépression! Ici, je ne parle pas de dépression majeure qui, souvent, nécessite une hospitalisation.

Si vous prenez des antidépresseurs et constatez que vous faites des cauchemars, éprouvez des troubles anxieux, des pensées suicidaires, des actes de violence, des troubles de l'humeur et des effets énoncés précédemment, bref une modification de votre personnalité suite à cette consommation... Alerte!

Peut-être serait-il de bon aloi de prendre un rendez-vous avec un psychologue ou autre thérapeute!

Dyan Fleury

Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer