La fonction publique peut aider les jeunes

La présidente régionale du Syndicat de la fonction... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La présidente régionale du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, Brigitte Claveau.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Le 27 mai, le ministre François Blais était de passage à La Baie. Accompagné du premier ministre Philippe Couillard et du député de Dubuc, Serge Simard, il a confirmé un financement de 1,9 M$ par an pour les trois Carrefours jeunesse-emploi (CJE) de la région.

Grâce à cette subvention, ils bénéficieront des ressources financières et humaines afin d'aider adéquatement les jeunes en recherche d'emploi. Je comprends facilement tout le bonheur ressenti par les directeurs des CJE de recevoir ce budget stable. Il s'agit à la fois d'une marque de reconnaissance et de confiance du gouvernement à leur égard. Malheureusement, nos politiciens n'ont pas la même empathie envers celles et ceux qui offrent les services d'accompagnement dans les Centres locaux d'emploi (CLE), soit le personnel de l'État. J'ai également été fort déçue de l'attitude de nos politiciens qui ont passé sous silence le travail accompli auprès des jeunes dans les CLE.

Dans le passé, le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS) disposait d'équipes d'agentes et d'agents d'aide à l'emploi dédiées aux jeunes, en partenariat avec les CJE. J'ai vu des agents soutenir, mobiliser, encourager les jeunes dans leurs parcours vers l'emploi. Malheureusement, en 2011, ces équipes ont été abolies et le programme «Alternative jeunesse» s'est éteint progressivement, car le ministère n'avait plus le budget pour le maintenir. J'ai vu des jeunes très déçus de perdre leur agente ou leur agent, avec qui ils avaient tissé un lien de confiance au fil du temps.

De nos jours, les agents dans les CLE ont de plus en plus de difficultés à accomplir les tâches valorisantes en offrant un service direct à la population. On préfère les confiner dans des tâches bureaucratiques et administratives et leur faire jouer le mauvais rôle, soit celui de gérer les pénalités dans les programmes.

Je crois en l'importance de la mission d'Emploi-Québec. L'agent a une vision globale de la situation et du cheminement des prestataires. L'agent connaît l'ensemble de l'offre de services et est en mesure de déterminer quelle mesure est la plus adéquate pour le jeune, et ce, avec sa collaboration. L'agent d'aide du Centre local d'emploi donne un service public, il répond d'abord et avant tout au besoin du jeune.

Pendant que l'État confie l'intégration des jeunes au marché du travail à une fonction publique parallèle, les Centres locaux d'emploi subissent les contrecoups des mesures d'austérité. Au cours des cinq dernières années, le personnel à l'oeuvre dans les CLE au Saguenay-Lac-Saint-Jean a baissé de 15%. Dans ce contexte hostile, il devient difficile, voire impossible, de maintenir des services de proximité et de qualité. Pourtant, nous aussi pouvons aider les jeunes et les moins jeunes... il suffirait de nous en donner les moyens.

Brigitte Claveau

Présidente régionale SFPQ

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer