Prévention, vous dites?

OPINIONS / J'ai lu mercredi dans Le Quotidien qu'on y fait état du... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / J'ai lu mercredi dans Le Quotidien qu'on y fait état du nombre de constats d'infraction dont on a gratifié les contribuables de Saguenay. Dans l'entrefilet, on indique aussi que les services de police de notre ville font de la prévention. Ben, on m'en dira tant! Moi, ce que je vois, ce sont plutôt des policiers qui administrent des punitions, des confesseurs d'un autre temps aux pénitences sonnantes et trébuchantes. Même pas besoin de leur dire nos péchés, ils ont des moyens électroniques de les connaître.

Souvent, j'en vois un qui se cache non loin de l'ancien Deauville, sur une section à peu près déserte du boulevard Talbot qui comporte trois voies, mais où la vitesse est, chose absurde, limitée à 50 km/h. Bien sûr qu'il attrape des poissons! Mais croyez-vous qu'il est là pour notre sécurité?

En début de semaine, j'en ai vu un, juste à temps, bien camouflé sur la rue Dréan, pratiquement inhabitée et très peu passante, à guetter les roues qui ne s'arrêtaient pas complètement au stop de la rue Price. Croyez-vous qu'il était là pour notre sécurité?

Ceux qui arrivent de Québec par l'autoroute courent le risque de se faire appréhender par un policier, lui aussi fort bien caché, non loin de l'ancien rond-point. Un, c'est tout un accueil qu'on sert à nos visiteurs. Deux, une question, croyez-vous que ce policier est là pour notre sécurité?

La réponse, c'est non, non et non.

Les policiers qui distribuent les contraventions sont précisément en train de ne pas faire leur travail, celui pour lequel nous les engageons et les payons. Car les contraventions n'ont rien à voir avec la sécurité, mais tout à voir avec la fiscalité. C'est une taxe, mais aléatoire, comme une loterie à l'envers: si tu es chanceux, tu décaisses.

Mais quand voit-on les policiers arrêter les gens pour leur faire penser soit de ralentir, soit de mieux faire leurs arrêts obligatoires (dont on pourrait réduire le nombre d'une grosse moitié, en passant), soit de se rappeler de protéger les enfants, les piétons ou les cyclistes? Quand les voit-on allumer leurs feux avec ostentation juste pour alerter? Quand les voit-on enjoindre de faire réparer leur voiture fantôme qui se promène à la brunante ou par temps bas sans feux de jour, alors qu'une loi à ce sujet a été adoptée en 1989? Quand se préoccupe-t-on des automobilistes qui négligent d'utiliser leurs clignotants ou qui croient encore qu'ils servent à indiquer qu'ils ont commencé à s'engager dans une intersection?

Jamais, bien sûr! Notre service de police croirait démériter s'il ne faisait pas sonner la caisse. Mais peut-être qu'il y a trop d'agents, pour qu'on les affecte ainsi, à des tâches qui n'ont rien à voir avec leur mission. Je le rappelle, le salaire d'un seul policier, c'est vraiment beaucoup beaucoup de contraventions!

Clément Martel

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer