Qu'attendons-nous?

OPINIONS / Selon le frère de la victime d'un pitbull mercredi dernier, 91% des... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Selon le frère de la victime d'un pitbull mercredi dernier, 91% des attaques mortelles par un chien aux États-Unis impliquent un pitbull, et ce, malgré le fait qu'en de nombreux endroits dans ce pays, ce type de chien soit interdit.

Ne trouvez-vous pas que les chiffres sont clairs? Ce ne sont pas des statistiques en l'air, c'est du concret.

Allez donc dire à la famille (de Christiane Vadnais) que le pitbull est fin et qu'il est doux, que c'est la faute du maître, ou encore que le chien a une maladie mentale. Trop tard.

Oui, il existe de bons pitbulls, mais un pitbull en folie est une arme meurtrière redoutable. Ça en prend juste quelques-uns.

Je vais vous dire quelque chose: il y a un pitbull dans notre rue et je peux vous dire qu'on évite de passer à pied à proximité, car il n'a pas l'air très bien dans le coco et je peux vous certifier, également, que nous ne prenons aucune chance.

Le maître le laisse détaché régulièrement. Ça fait déjà une couple de personnes qui ont eu une peur bleue, mais semble-t-il qu'il n'est pas dangereux.

Vous devriez le voir foncer vers le monde. L'autre jour, il a traversé la rue en pleine course à la rencontre d'une minuscule jeune fille avec son caniche.

Si le pitbull avait décidé que c'était terminé, la jeune fille aurait ressemblé à une poupée de chiffon entre les crocs de ce chien.

Évidemment, le propriétaire dira par la suite qu'il regrette, qu'il est surpris, qu'il ne comprend pas. Il offrira des excuses. Mais, on ne parle pas ici d'un caniche ni d'un chihuahua; on parle d'un chien qui a les moyens de blesser mortellement.

Pas grave, attendons que trois ou quatre personnes meurent atrocement avant de réagir.

Le gouvernement, plutôt que mettre ses culottes, mettra en place un beau petit comité consultatif qui va prendre des années à aboutir, qui va fermer la trappe du bon peuple pour finalement se faire dire d'attendre avant d'avoir une loi intelligente, question de ne déplaire à personne.

Pourquoi pensez-vous qu'en Ontario, les pitbulls sont interdits? Tu ne fais pas une loi comme celle-là pour le fun.

Ne vous inquiétez pas, j'aime énormément les chiens, les petits comme les gros, mais il y a une limite à jouer avec la sécurité du monde. Quand c'est rendu qu'on ne passe plus dans une rue en plein jour de peur qu'il arrive quelque chose, ne me dites pas que c'est normal. Je dois être un peureux.

Jean-Marc Girard

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer