Une fête en opposition à l'évangile

Mgr André Rivest... (Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Mgr André Rivest

Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Messieurs les abbés Tremblay, Linteau et Gravel,

La fête de l'amour a fait couler beaucoup d'encre et a suscité l'indignation de bien des catholiques.

En célébrant l'union des couples mariés, non mariés et homosexuels, cette fête a semé la discorde dans la population et la confusion dans l'esprit des fidèles. Pourtant, je vois difficilement de quelle manière une telle célébration peut se justifier quand on regarde de près ce qu'enseignent l'évangile et le pape François.

Évangile

La fête de l'amour est en opposition avec l'évangile. En effet, s'il y a un sujet sur lequel Jésus-Christ a été très clair, c'est bien celui du mariage: «Ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas.»

Ainsi, il s'opposait aux pharisiens qui autorisaient le divorce. Et loin d'accepter les différentes unions, Notre-Seigneur ne se gêne pas pour dire avec fermeté: «Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet l'adultère.» Plus encore, le Christ exclut toute forme d'union entre personne de même sexe lorsqu'il dit: «L'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme.» Comment prétendre que cette fête puisse être fidèle à l'évangile alors qu'elle entre directement en opposition avec celui-ci?

Pape François

La fête de l'amour ne reflète pas la pensée du pape François. Dans son exhortation apostolique Amoris Laetitia, le pape François affirme «qu'en ce qui concerne le projet d'assimiler au mariage les unions entre personnes homosexuelles, il n'y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille.»

Et il ajoute qu'il est «inacceptable que les Églises locales subissent des pressions en ce domaine».

Comment prétendre que cette fête puisse refléter la pensée du pape François alors qu'elle s'oppose à ce qu'il enseigne? Le «lobby gay» serait-il actif dans notre région afin d'imposer son agenda à l'Église locale? Heureusement que Mgr André Rivest a eu le courage de rappeler que cette fête de l'amour va à l'encontre de l'enseignement de l'Église.

Pardon

Devant le scandale qu'a provoqué la célébration de cette fête de l'amour, il serait bien que les instigateurs de cet événement fassent un acte d'humilité en reconnaissant leur erreur, en promettant de ne plus recommencer et en renouvelant leur promesse d'obéissance à l'évêque. Je suis convaincu que s'il y a un regret pour cette fête, et s'il y a le ferme propos de ne plus recommencer, le Seigneur sera prêt à pardonner ce manquement dans le sacrement de la confession individuelle. En cette année de la miséricorde, le temps est venu non pas de justifier nos actions, mais de reconnaître nos égarements afin de changer nos manières de faire pour qu'elles soient en conformité avec les enseignements de l'Église.

Jacques Tremblay, Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer