L'éthique élastique

Le conseiller municipal Bernard Noël... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le conseiller municipal Bernard Noël

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

La liberté d'opinion est fondamentale et inaliénable dans une société de droit.

N'empêche, certaines opinions, sitôt émises, doivent, à mon sens, aller se perdre à jamais dans la nuit des temps. Je pense à cette opinion émise par un lecteur dans cette rubrique, récemment, voulant que la fraude par utilisation des fonds publics du conseiller municipal Bernard Noël pour un voyage personnel effectué en France ne soit pas si grave que cela. Et d'ajouter que l'homme, un grand bénévole oeuvrant pour la Coupe des Nations le méritait amplement et aurait dû se le voir offrir à titre de récompense. En ce qui a trait à l'éthique chez ce lecteur, on peut en trouver une moins élastique que la sienne.

Et quoi de mieux pour justifier son opinion que de décliner les supposées récriminations contre notre système de justice? À le lire, les juges sont trop laxistes. Soit, la justice est imparfaite: souvent trop lente ou expéditive, trop clémente ou pas assez, etc. Mais une chance qu'on l'a, pour contrer les jugements basés sur les sentiments. Entre autres, celui d'une admiration sans bornes pour un élu, malgré la fraude qu'il a commise. Bernard Noël s'est parjuré, dit avoir roulé tout le monde en mettant au point un mécanisme de fausse facturation pour pouvoir faire un voyage à Nice avec sa famille aux frais du contribuable.

Mais pourquoi en faire tout un plat, surtout devant un élu si généreux de sa personne? Les Lavallois ont eu également cette admiration sans borne envers l'ex-maire, Gilles Vaillancourt, parce qu'il faisait, semble-t-il, beaucoup de bien pour sa ville, jusqu'à ce qu'ils découvrent l'énormité de sa supercherie. Cependant, des tenants pour une justice à géométrie variable diront que les deux affaires, celle de Noël et celle de Vaillancourt, ne sont pas comparables.

À ces derniers, il est de bon ton de rappeler l'adage voulant que «qui vole un oeuf, vole un boeuf». Surtout quand il s'agit d'élus en lesquels on accorde toute notre confiance pour assurer la bonne administration de nos taxes.

Marcel Lapointe, Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer