Compensation partielle

Dans une lettre publiée dans Le Quotidien du 11 avril dernier, des... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Dans une lettre publiée dans Le Quotidien du 11 avril dernier, des militants de trois groupes écologistes du Québec mettent de l'avant des mesures pertinentes qui peuvent avoir un impact positif sur la possibilité de récolte de bois dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Sans remettre en question les résultats de notre étude, ces mesures peuvent effectivement compenser une partie de la perte de possibilité de récolte de bois découlant de l'application des politiques gouvernementales et des mesures à prendre pour maintenir la certification FSC. Notre étude évalue la perte annuelle de possibilité de récolte à un million de m3 de bois, dont 800 000 m3 de bois résineux pour l'atteinte des cibles gouvernementales avec une perte de 1592 emplois et le double dans le cas des exigences de la norme FSC. Comme la possibilité forestière de feuillus est largement excédentaire de la récolte, nous n'avons tenu compte que de la perte de la possibilité forestière de résineux pour la mesure des impacts socioéconomiques de notre étude.

Les mesures proposées par les groupes écologistes ne peuvent être considérées comme des gains associés à la mise en oeuvre de la certification FSC puisqu'elles sont indépendantes de cette certification et que leurs résultats peuvent être obtenus sans obtenir la certification. Il en est de même pour les pertes d'emplois découlant des changements technologiques qui n'ont pas été prises en compte dans les coûts de la certification FSC. Il s'agit du respect des limites de notre étude sur le plan méthodologique.

La première mesure fait référence à la modification des délimitations des unités d'aménagement forestier proposée par le Forestier en chef. Si elle était appliquée intégralement, elle permettrait d'augmenter de 200 000 m3 par année les volumes de bois accessibles au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Selon le rapport du forestier en chef, il s'agit en grande partie de bois résineux. Cette mesure permettrait de compenser plus de 12% de la perte de récolte de bois résineux découlant de la certification FSC et 25% de la perte découlant de la politique gouvernementale.

La deuxième mesure porte sur la remise en disponibilité des volumes de bois non récolté durant la période 2008-2013. Il y a 4 millions de m3 disponibles au Saguenay-Lac-Saint-Jean, dont 1,8 million de m3 de bois résineux. Cette mesure est déjà en processus de mise en application par le Forestier en chef. Cependant, c'est une mesure ponctuelle et non récurrente. Elle permettrait de compenser la perte de récolte de bois résineux pour plus d'une année dans le cas de la certification FSC et de plus de deux ans pour les politiques gouvernementales.

Quoiqu'utiles et pertinentes, les mesures proposées ne permettent que très partiellement de compenser la perte de possibilité de récolte de bois résineux et la perte d'emplois qui en découle pour une longue période. Nous ne pouvons que souhaiter avec les auteurs de la lettre que des mesures additionnelles soient mises en place. Nous avons d'ailleurs présenté plusieurs recommandations en ce sens dans notre rapport.

Gilles Bergeron, économiste, Nancy Gélinas, professeur titulaire à l'Université Laval

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer