Besoin de leaders

L'ancien député péquiste Denis Trottier... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

L'ancien député péquiste Denis Trottier

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINIONS / Lors de la dernière campagne électorale, mon adversaire le chef du Parti libéral, M. Philippe Couillard, a déclaré à plusieurs reprises que le simple fait d'élire le Parti libéral aurait un effet positif sur l'économie du Québec. De plus, son engagement majeur était la création d'emplois et la relance de notre économie. Le chef du Parti libéral se présentait aussi comme le champion de l'économie et le futur premier ministre des régions.

J'ai été déçu de ne pas avoir été élu, mais je me disais qu'avec le premier ministre, ce pourrait être bon pour notre économie, du moins je l'espérais. Force est de reconnaître qu'après deux ans de pouvoir libéral, on est loin de la relance de l'économie et de la création d'emplois. Selon bien des gens, ce qui inclut des partisans libéraux, jamais la situation n'a été aussi difficile au niveau économique dans notre comté.

J'ai appris, il y a quelques jours, que la MRC Maria-Chapdelaine, dans la circonscription du premier ministre, a besoin d'une firme de lobbyistes pour faire avancer ses dossiers. Alors que notre préfet M. Jean Pierre Boivin s'est vanté à plusieurs occasions d'être un «ami» du premier ministre et de lui parler régulièrement; nous en sommes rendus à donner un «premier» contrat de 25 000$, pour faire avancer nos dossiers, à une firme de lobbyistes de l'extérieur. Je ne comprends plus, je trouve cela inacceptable.

J'étais peut-être un simple député, mais je peux vous dire que personne n'a eu besoin d'engager de lobbyistes pour faire avancer ses dossiers auprès de notre gouvernement, et ce, même dans des dossiers capitaux pour notre avenir, comme celui de la forêt. C'est ainsi que j'ai porté moi-même le dossier de la forêt qui a débouché sur le Rendez-vous national de la forêt, auprès de Mme Marois. Ce Rendez-vous national, tenu à Saint-Félicien, a été selon l'avis de tous les participants un véritable succès.

Que ce soit à titre d'ancien préfet ou d'ancien député, j'ai toujours cru que l'aspect politique des dossiers devait relever non pas de firmes de lobbyistes, mais bien du préfet ou du député.

Alors qu'on serait en droit de croire que notre meilleur porte-parole serait notre député qui est en même temps premier ministre, c'est tout le contraire qui se produit. Va-t-il falloir que chacune des municipalités du premier ministre s'engage, elle aussi, un lobbyiste pour faire avancer ses dossiers?

C'est à notre député, premier ministre, de mettre son personnel au service de nos communautés et non l'inverse.

Sincèrement, je crois que l'effet libéral a assez duré. N'en ajoutez plus, la coupe est pleine. Ce dont nous avons besoin, ce n'est pas de lobbyistes, mais bien de véritables leaders qui n'ont pas peur de dire haut et fort que ça ne marche pas, même lorsque leur parti est pouvoir.

Denis Trottier

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer