Dossier environnemental

Nous n'avons pas été trop surpris d'apprendre récemment qu'un sondage de la... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Nous n'avons pas été trop surpris d'apprendre récemment qu'un sondage de la firme Léger avait classé les entreprises canadiennes de produits forestiers au premier rang pour la réputation en matière de pratiques environnementales.

Mais c'était quand même très réjouissant. 

Les entreprises de produits forestiers du Québec et d'ailleurs au Canada travaillent extrêmement fort depuis quelques années pour s'assurer que nos forêts sont en santé et qu'elles le resteront pour les générations à venir, tout en fournissant des niveaux de récolte suffisants pour soutenir nos collectivités.

Le sondage effectué dans neuf pays a permis de constater que les clients américains, européens et asiatiques qui achètent du bois, de la pâte et du papier (fpac.ca/leger) accordaient des notes supérieures aux entreprises canadiennes pour la qualité et la durabilité de leurs produits, en reconnaissant particulièrement leur respect des lois et l'utilisation de pratiques d'aménagement forestier durable.

Ce n'est pas par hasard ni par chance que les entreprises canadiennes de produits forestiers ont une si bonne réputation pour ce qui est de la gestion environnementale: elles la méritent. Voici pourquoi:

• Il n'y a pratiquement pas de déforestation au Canada, soit seulement 0,02% par année.

• Le Canada conserve environ 90% de son couvert forestier d'origine, plus que tout autre pays.

• En vertu de la loi, toutes les zones récoltées sont régénérées.

• 93% des forêts canadiennes sont de propriété publique, ce qui fait que les entreprises qui ont des activités dans ces territoires sont tenues de respecter une réglementation parmi les plus strictes au monde.

• Le Canada compte 160 millions d'hectares de forêts certifiées, soit 43% du total mondial et quatre fois plus que tout autre pays. Environ 10% seulement des forêts du monde sont certifiées.

Nos forêts sont, à juste titre, une grande source de fierté pour le Québec et le reste du Canada et les principaux intervenants - entreprises, gouvernements, communautés autochtones, municipalités et groupes environnementaux - collaborent pour veiller à conserver un équilibre des intérêts.

D'un point de vue économique, le secteur des produits forestiers génère déjà un chiffre d'affaires de plus de 59 milliards de dollars par année, ce qui correspond à 1,4% du produit intérieur brut (PIB) du Canada et à 12,5% du PIB du secteur manufacturier. C'est aussi 235 000 emplois directs, et il est important de noter que beaucoup de ces postes bien rémunérés sont en région rurale ou éloignée, y compris des milliers dans les communautés autochtones.

Du point de vue de l'environnement, les forêts contribuent à la pureté de l'air et de l'eau. Elles absorbent aussi le carbone, ce qui aide à atténuer les changements climatiques.

Les entreprises canadiennes de produits forestiers ont aussi ajouté des avantages grâce à la restructuration et à l'écologisation de leurs procédés internes.

Par exemple, l'industrie a fait d'énormes progrès pour réduire la pollution de l'eau et de l'atmosphère, notamment par l'élimination des BPC et des dioxines. Elle a également réduit les émissions de gaz à effet de serre des usines de pâtes et papiers de 65% depuis 1990 et elle produit maintenant suffisamment d'énergie verte pour alimenter toutes les maisons de Calgary.

Nous développons aussi en effet des produits innovateurs «verts» à base de fibre de bois - des pièces d'auto, des cosmétiques, des vêtements et des produits de bois d'ingénierie - qui peuvent remplacer des produits faits de matériaux à plus forte empreinte de carbone.

Selon le plan Vision2020 du secteur, les entreprises de produits forestiers visent une réduction supplémentaire de 35% de leur empreinte sur l'environnement d'ici la fin de la décennie, qu'on évaluera en fonction de 12 paramètres, dont les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d'eau et les déchets.

Nous sommes déterminés à atteindre ces objectifs, pour notre environnement, pour notre économie, pour nos collectivités et pour notre avenir.

Derek Nighbor, 

Chef de la direction, Association des produits forestiers du Canada

Réplique à la chronique de Roger Blackburn

Vous avez réussi à réunir en une phrase la clarté et la confusion, dans votre chronique de dimanche portant sur l'amour chez les jeunes. Nous devons admettre le génie de cette approche puisque vous parlez de la vie de couple. Dans quelques semaines, mon épouse et moi célébrerons 40 ans de mariage: 40 années d'unité et de diversité. Nous avons promis de nous aimer et de rester ensemble. 40 ans pour le meilleur et pour le pire. Un journaliste a demandé, un jour, à la femme d'un dirigeant chrétien: «Avez-vous pensé au divorce?» Sa réponse nous fait rire: «Le divorce non, le meurtre oui!» S'il existe un couple dans lequel il n'y a aucun désaccord, c'est que l'un des deux n'est plus de ce monde!

La déficience de votre approche est d'opposer les questions de valeurs et de l'amour. Les deux sont des critères élémentaires pour former un couple. Vous citez votre fille qui affirme rechercher davantage un partenaire qui partage ses valeurs que de s'unir avec l'homme de sa vie. L'unité d'un couple doit être bien plus que des notions romantiques ou l'attirance physique. Aussi, les différences doivent-elles inévitablement amener à la séparation? Aucunement! La diversité nous ouvre de nouveaux horizons.

Des proverbes nous disent: «Est-ce que deux peuvent marcher ensemble sans être d'accord?» et aussi «La corde à trois fils ne se rompt pas facilement.» Nous étions tous les deux d'accord de par nos valeurs communes de marcher ensemble. Notre amour, ainsi que Celui qui est pour nous le troisième fil, nous donne la force de continuer. Nous dirions donc aux jeunes et aux moins jeunes personnes de mettre l'emphase les valeurs et se garder d'aimer avant de savoir à qui ils ont affaire.

Judith et Douglas Schroeder-Tabah,

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer