Chicoutimi d'abord

À l'occasion de l'élection partielle dans Chicoutimi, le Mouvement... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

À l'occasion de l'élection partielle dans Chicoutimi, le Mouvement Chicoutimi-Saguenay désire rappeler aux candidates et aux candidats en lice que la population visée à cette occasion est d'abord et avant tout celle de Chicoutimi bien plus que celle de l'ensemble de Saguenay. En conséquence, le discours qu'ils doivent tenir doit d'abord s'adresser aux citoyens de Chicoutimi.

Il est admis que depuis la fusion de 2002, Chicoutimi est celle qui a le plus donné et celle qui a le plus perdu dans l'échange. Il y a peu de temps encore, l'ancien éditorialiste de notre journal local, dans un de ses textes, l'affirmait sans équivoque.

Par conséquent, notre Mouvement invite ses membres et ses nombreux sympathisants à appuyer les candidats, qui, dans leur discours, s'engageront clairement à travailler à la visibilité, voire à la restauration du nom de Chicoutimi, considérant qu'un jour, le bon sens aidant, ce toponyme retrouvera ses titres de noblesse et la place que l'Histoire lui a conférée.»

André R.-Gauthier

Président Mouvement Chicoutimi-Saguenay

Monsieur le premier ministre

Permettez-moi en mon nom personnel, et au nom de tous ceux qui signeront cette lettre à la suite de sa diffusion, de vous faire part d'une problématique touchant les PME fournisseurs de Rio Tinto sur le territoire dont vous êtes le responsable. Nous avons appris, au cours des derniers jours, que la multinationale étire encore son délai de paiement sans plus d'explication ni autres considérations.

Ce délai supplémentaire viendra perturber encore plus la situation déjà fragile des PME régionales dont une grande partie des revenus provient directement ou indirectement de RT. Laissez-moi vous expliquer. Une entreprise qui prend une commande de Rio Tinto doit réaliser les travaux, en payer les matières premières, les salaires, les services et les sous contrats associés, ainsi que les obligations fiscales exigées à date fixe par votre gouvernement, etc., jusqu'à la date de livraison. Ces frais sont généralement assumés par les compagnies, à même leur marge de crédit. Le fonctionnement bancaire classique est une couverture à 70% des recevables courants, c'est-à-dire 45 jours et moins. Vous comprendrez aisément qu'un délai de paiement dépassant les 60-75 jours est une source de détérioration majeure des liquidités des PME concernées. Ceci a un effet domino puisque les intervenants peinent à se payer entre eux et à financer les autres contrats sur la table. Ce qui a pour répercussion d'endommager gravement les relations qu'entretiennent les PME avec leurs banquiers respectifs, un autre élément défavorable à l'expansion et au développement de futurs projets.

Nous comprenons tout à fait que RT fait face à des pressions financières et doit par tous les moyens chercher à améliorer sa situation. Les entrepreneurs de la région font déjà leur large part en ayant accepté plusieurs diminutions de coûts sur différentes prestations de services, et ce, tout en assumant une charge fiscale sur les salaires toujours plus lourde à porter. C'est pourquoi je vous demande d'élaborer un plan d'aide efficace pour les sous-traitants régionaux de Rio Tinto, car la logique actuelle n'est ni plus ni moins que les PME se retrouvent à financer une partie de la restructuration de la multinationale.

Je vous propose d'agir prestement, en garantissant, par exemple, auprès des institutions financières, les créances échues de 45 jours de Rio Tinto envers les fournisseurs régionaux, afin que les crédits soient disponibles de façon à demeurer opérationnels.

Vous avez récemment offert de l'aide directe à Bombardier à la hauteur de 1,3 G$, nous nous attendons que vous soyez réceptif à notre situation et que vous prendrez les mesures nécessaires, selon vos analyses. Vous n'êtes pas sans savoir que les PME d'ici fournissent des milliers d'emplois elles aussi.

Sincères salutations,

Mélanie Boucher

Directrice-générale, Multi-Précision GB inc.

Hommage à un grand homme

Je veux témoigner au nom des Fêtes du 150e anniversaire de notre région en 1988, notre sympathie à toute sa famille et notre sincère reconnaissance suite au décès de M. Bernard Lamarre. Je veux simplement rappeler que M. Lamarre nous a témoigné, à l'époque, sa confiance et donné son support formel. Il a même participé à l'organisation de ces fêtes. C'est lui qui, à Montréal, contribuait à organiser nos rencontres avec les sièges sociaux des organismes financiers et industriels pour supporter le financement de nos activités qui ont marqué la vie de notre région en 1988. Il était un de nos importants ambassadeurs. Il a laissé une trace positive de plus et marqué ainsi un profond attachement à sa région d'origine.

Réjean Simard

Président de la Corporation des Fêtes du 150e anniversaire du Saguenay-Lac-Saint -Jean, maire de La Baie 1997-2002

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer