Un hommage mérité

Originaire de Jonquière, Bernard Angers est décédé à... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Originaire de Jonquière, Bernard Angers est décédé à l'âge de 76 ans.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

M. Bertrand Tremblay, chroniqueur, 

M. (Bernard) Angers mérite amplement cet hommage qui lui a été rendu suite à son décès.

Où en serait l'université régionale s'il n'y avait pas travaillé avec autant d'ardeur et de conviction?

Par ailleurs, je crois me rappeler qu'il fut aussi au moment de la fusion le responsable du comité de transition dont la mission était de rendre le passage plus facile. Sur ce plan, pour employer l'expression populaire, on peut dire qu'il s'est fait baiser deux fois plutôt qu'une.

On se souvient du sort qu'avait réservé le maire à la recommandation que son comité avait faite de nommer M. Bertrand Girard au poste de directeur général de la Ville fusionnée et de la poursuite qui s'en est suivie.

Deuxième taloche? On se souvient que le comité de transition avait formé un comité de «sages» pour conseiller la ville sur le choix du nom.

Au terme de leur réflexion, trois noms avaient été avancés: 1. Chicoutimi-Jonquière, 2. Chicoutimi et 3. Saguenay.

Passant outre et se moquant du comité en question, le maire, illico et sans consultation (c'est bien ce qui avait été rapporté) décida de son propre chef d'éliminer la première option et de retenir les deux autres pour que la population puisse mieux se chicaner.

M. Angers a aussi voulu, dites-vous, «faciliter la fusion sous le vocable de Saguenay. Rassembleur, il a évité les affrontements stériles pour favoriser l'unité régionale.»

Ma question est celle-ci: pensez-vous vraiment que sur le plan de l'unité, la réussite est totale? 

Laissez-moi douter.

Avez-vous pris connaissance des résultats d'une enquête menée en 2015 par le Mouvement Chicoutimi-Saguenay auprès de 30 personnalités d'ici,

des historiens, d'ex-politiciens, d'ex-journalistes (de vos anciens collègues), toutes des personnes avantageusement connues ici et provenant de chacun des secteurs de cette ville et rapportée dans une récente édition du Progrès-Dimanche?

J'ai bien peur que non. Résultat: la très grande majorité a affirmé que sur le plan de l'unité, l'identité et l'appartenance, le choix de Saguenay a été un vrai désastre.

Je me permets de vous faire parvenir copie des réponses obtenues et de quelques-uns des commentaires émis.

Alors, lorsque le maire parle d'une réussite sur tous les plans, il fabule ou il ment.

Guy Laberge 

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer