Si François Legault était premier ministre

Le chef de la CAQ, François Legault... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le chef de la CAQ, François Legault

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Dans son éditorial du 2 mars («Le jeu de Legault»), Denis Bouchard revient sur la rencontre de notre chef François Legault avec Étienne Jacques, chef de l'exploitation métal primaire pour l'Amérique du Nord et l'Europe chez Rio Tinto.

J'ai assisté à la rencontre. Les discussions entre M. Legault et M. Jacques étaient chaleureuses et ont surtout porté sur la création d'un environnement propice aux investissements. Il n'a jamais été question de créer de «faux espoirs».

Le contexte économique actuel présente d'importants défis, en particulier dans les régions. Mais le Saguenay a tout pour réussir. Rio Tinto, comme d'autres entreprises, fait partie des solutions. Il est tout à fait normal, lorsqu'on est en politique, de mettre sur la table des moyens concrets pour inciter nos entreprises à investir. On ne parlera jamais assez de relance de l'économie.

M. Bouchard évoque dans son texte le prix du métal sur les marchés, qui oscille autour de 1500$ la tonne. Il évoque également les surplus mondiaux. Selon certains, ce contexte favorise le statu quo et suffirait à décourager tout investissement. Il faudrait donc en prendre acte et faire preuve de sagesse en attendant que les conditions s'améliorent.

Respectueusement, c'est une philosophie avec laquelle nous sommes en profond désaccord à la Coalition avenir Québec.

C'est justement parce que les marchés sont au plus bas qu'il faut trouver des façons d'investir pour accroître la productivité. Quand la valeur de la ressource augmentera, ce ne sera plus le temps. Il faut se préparer dès maintenant à tirer tout le potentiel possible de la production lorsque celle-ci reprendra. C'est quand on est dans le creux de la vague qu'il faut investir.

M. Legault a d'ailleurs été clair lors de son passage à Chicoutimi en présentant notamment un Fonds de relance du secteur manufacturier de 5G$. Il faut agir. Il faut encourager nos entreprises à investir dans l'innovation et la productivité. C'est nécessaire pour rester compétitif à l'échelle mondiale et pour créer de la richesse.

Les entreprises investissent quand le contexte est bon. Le rôle du premier ministre du Québec, c'est d'être actif et de travailler avec les entreprises pour qu'elles investissent et atteignent leur plein potentiel. Il doit rassurer les investisseurs en envoyant des signaux positifs. Malheureusement, ce n'est pas ce qu'on voit en ce moment.

M. Bouchard et moi sommes d'accord sur une chose: depuis le début de l'année, le premier ministre Couillard n'a pas arrêté de décevoir en économie, notamment dans les dossiers d'Anticosti et de Bombardier. Les volte-face de Philippe Couillard créent de l'incertitude, mais ils ne créent pas de la richesse et encore moins des emplois.

Qu'est-ce qu'on doit penser de sa nouvelle obsession écologiste depuis son retour du Sommet de Paris sur le réchauffement climatique? Quelles conclusions doit-on tirer de son attitude avec Pétrolia, alors qu'il n'a pas hésité à renier la parole du gouvernement et à revenir sur un contrat signé en bonne et due forme avec une entreprise privée?

Si François Legault était premier ministre, il travaillerait jour et nuit avec les entreprises, afin qu'elles investissent ici, au Québec.

Si François Legault était premier ministre, on aurait à la tête du gouvernement un homme d'affaires d'expérience qui parlerait le même langage que les entreprises. Un leader qui n'hésiterait pas à les rencontrer pour générer des investissements, pour créer des emplois payants pour les régions.

Si François Legault était premier ministre, la résignation et le statu quo ne seraient pas une option.

En économie comme ailleurs, la réussite est une affaire de détermination. De vision et d'ambition. C'est ce que nous croyons à la Coalition avenir Québec. C'est aussi le message que notre chef a voulu envoyer aux citoyens de Saguenay.

Donald Martel, député de Nicolet-Bécancour et porte-parole de la CAQ en matière de développement économique régional

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer