Un choeur qui a du coeur

Depuis quelques années, le diocèse de Chicoutimi a de la difficulté à faire... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Depuis quelques années, le diocèse de Chicoutimi a de la difficulté à faire vivre ses paroisses, qui, il ne faut pas se le cacher, ont maintenant des églises vieillissantes qui ont besoin de nombreux travaux de rénovation pour les maintenir dans un état décent pour les paroissiens qui assistent aux cérémonies religieuses. Ces travaux coûtent cher et demandent la participation des paroissiens pour maintenir ces édifices en bon état.

C'est le cas de l'église Saint-Raphaël de Jonquière, qui avait besoin de réparations au plafond intérieur, qui laissait passer l'air extérieur l'hiver. Le chauffage de cette église était très onéreux et remettait en question l'existence de cette jolie petite église.

Les membres de la chorale de cette paroisse, au nombre de plus d'une quarantaine, ont pris la situation en main et ont décidé de s'impliquer afin de ramasser des fonds pour les réparations qui s'imposaient. Une vente de garage fut organisée, en 2015, qui a rapporté près de 6000$, plus un concert-bénéfice qui en a amassé autant, ont permis d'obtenir la somme nécessaire aux réparations. Il fait maintenant plus chaud, grâce à la générosité et au dévouement de ce choeur.

Cette année, l'orgue qui datait du début du siècle nous a lâchés. Avec l'aide de M. Luc Lessard et la générosité du Séminaire Marie-Reine-du-Clergé de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, les membres de la chorale se sont à nouveau impliqués afin de déménager cet orgue, qui nous a été offert gratuitement, le transporter à notre église et le remonter à neuf. Il sera en fonction d'ici la fin d'avril. Un concert d'inauguration aura lieu au début de mai.

Avec l'aide de la direction des Résidences Chartwell de Jonquière (Villa Jonquière), des activités sont organisées tout au long de l'année pour arriver à récolter ce qui en coûtera pour l'installation de cet orgue pratiquement neuf.

Les paroissiens, à qui ces rénovations vont également bénéficier, sont invités à donner généreusement afin de conserver ce petit bijou d'église en bon état pour les années à venir.

Bravo à ce choeur qui a du coeur et merci à tous ceux qui voudront bien s'impliquer en offrant un don si minime soit-il pour la réalisation de ces projets.

Lise Roy, Chicoutimi

Les vendeurs du temple

Sujet plus qu'à la mode dans notre nouveau millénaire: temples à vendre, à tout prix.

Nous connaissons tous l'épisode des vendeurs du temple dans l'évangile. Même, dans les quatre évangiles. C'est rare cette unanimité chez Mathieu, Luc, Marc et Jean.

Jésus s'est fâché noir sur le parvis d'un temple en voyant des «hommes d'affaires opportunistes et brillants» comme on les appellerait aujourd'hui, faire des affaires.

Une des rares fois où il est question du mot temple dans les évangiles. J'affirme ça gratuitement, je ne me suis pas donné la peine de tout relire.

Jésus a dit aussi en parlant du temple: «Détruisez ce temple et je le reconstruirai dans trois jours». Il parlait du temple de son corps, précise un des évangélistes.

Jésus, quand il s'est fâché contre les vendeurs du temple, à coups de fouet, qu'est-ce qui a bien pu lui faire péter sa coche?

Je me le suis souvent demandé.

Il est né dans une étable. Il a fait un choix dès le départ. Il se tenait avec les mendiants, les malades.

Peut-on imaginer ce gars de Nazareth en extase dans une cathédrale devant des célébrants costumés, des dorures partout, sur les colonnes, les murs, les plafonds?

A-t-il défendu ces temples-là?

Oui. Vous voyez où je m'en vais.

Nous avons construit trop de temples. On ne trouvera pas preneur pour chacun, soyons réalistes. Ça reste et n'a toujours été que des bâtisses. Qui a connu un miracle, une révélation, quoi encore, l'extase, dans ces édifices.

Que fait-on avec? Ce qu'on fait quand du matériel ne sert plus. Pas besoin d'en ajouter. Il y a des limites aux centres culturels, aux écoles de cirque, et quoi encore.

Les jeunes, qui n'ont pas usé les bancs de ces bâtisses, ne vont y voir que du feu.

L'Europe, avec ses vestiges, d'autres millénaires, me donne le cafard. Chaque pas est comme un «Retour vers le futur» en continu. On ne se souhaite pas ça dans notre Nouveau Monde.

Pauline Germain, Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer