Un peu de décorum s'il vous plaît...

Le Théâtre du Palais municipal de La Baie.... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le Théâtre du Palais municipal de La Baie.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Avocat à la retraite, ex-diffuseur des arts de la scène, président du conseil d'administration, directeur artistique d'une salle en Outaouais pendant plus de 30 ans et grand consommateur de spectacles - j'ai organisé et assisté à plus de 900 spectacles dans ma vie - je suis maintenant domicilié dans cette merveilleuse région qu'est le Saguenay-Lac St-Jean.

Depuis mon arrivée à Chicoutimi, je me suis rendu à de nombreuses occasions, plus de 10 fois depuis avril dernier, au Théâtre Banque Nationale, à la salle du Mont-Jacob et au Palais municipal de La Baie. Qui plus est, j'assisterai, billets en mains, à cinq autres représentations, d'ici la mi-avril. Je vois donc plus d'une vingtaine d'événements par année, puisque je dois me rendre à Québec, pour voir de l'excellent théâtre, à Montréal, en province et aux États-Unis, pour entendre du blues, mon chouchou.

Je n'ai que des commentaires élogieux à faire sur deux des salles mentionnées préalablement. Mais qu'en est-il du Palais municipal de La Baie, où je me suis rendu à quatre reprises?

À ce lieu qui n'est ni un bar ni un cinéma, où les gens paient, en moyenne, une cinquantaine de dollars pour assister de visu à la performance d'artistes, la direction permet aux spectateurs de manger et de consommer des boissons à l'intérieur de cette salle. Pour un minimum de décorum, on se rendra ailleurs!

Que dire également des bénévoles qui agissent à titre d'ouvreurs. Ils ont l'air à trouver la tâche lourde et ennuyeuse... Un bonsoir et un sourire ne demandent pas un grand effort! La preuve, les ouvreurs de vos autres salles sont des plus accueillants.

Le diffuseur a l'obligation d'éduquer son public et de former son personnel. Ces lieux culturels permettent aux artistes de faire vivre, d'éblouir et/ou de faire réfléchir le public intéressé par les arts de la scène. Pourquoi donc le diffuseur se comporte-t-il comme celui accueillant les marchands dans ce temple de la culture?

Je n'assisterai donc plus à des spectacles au Palais municipal de La Baie. C'est ma façon d'exprimer mon désaccord.

Alain Villeneuve

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer