Merci Martine

Il y a de ces personnes qui partent rapidement, trop rapidement, à un âge où... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Il y a de ces personnes qui partent rapidement, trop rapidement, à un âge où l'on ne devrait pas partir...

Martine Simard est de celles-là! Femme, épouse, mère affectueuse et attentionnée, Martine laisse derrière elle un héritage d'amour riche et immense. 

Durant une dizaine d'années, elle a été présidente de la Fondation Jean Allard pour l'autisme au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Des milliers d'heures de bénévolat, d'écoute, de parrainage, d'aide pour tous les parents, victimes de la maladie de leur enfant.

Martine a oeuvré afin de leur donner un peu de répit au moment où ces enfants et cette maladie n'avaient aucune reconnaissance dans notre société. Si, encore aujourd'hui, la Fondation Jean Allard est aussi solide et continue à offrir de l'aide, du support et des moments de répit aux parents de la région qui ont un enfant autiste, c'est en grande partie grâce à l'implication bénévole et au dévouement inconditionnel de Martine. 

J'ai eu le privilège de présider deux soupers-bénéfice de la Fondation en 2003 et 2004. Un bénévolat qui m'a permis de découvrir des gens fantastiques, dont Martine. À son conjoint, Jean-Pierre Simard, à ses enfants ainsi qu'à toute la famille, j'offre mes plus sincères condoléances.

Michel Simard

Président et Éditeur

Le Quotidien et Progrès-Dimanche

L'humour ?

Réaction à l'article du Quotidien du 25 février 2016 intitulé «L'humour n'est pas obligé d'être gentil».

Quand un Mike Ward déclare le titre ci-haut, on pourrait lui répondre «l'humour n'est pas obligé d'être méchant ou dégradant non plus». En manque d'inspiration, les humoristes ont tendance à tomber dans le «côté obscur» pour pondre leurs textes. Hélas!, la tendance se maintient, en effet, beaucoup d'humoristes nous présentent des textes et simagrées de plus en plus amoraux, vulgaires et offensants. 

Mike Ward veut dénoncer «les vaches sacrées». De mon point de vue, il y a «une vache sacrée» que j'aimerais voir disparaître, je fais ici allusion à la liberté d'expression sans frein. Cette «vache sacrée là», j'ai comme l'impression que M. Ward lui voue un culte sacré. Se cacher derrière le voile de la liberté d'expression pour dire des âneries et blesser profondément des gens devrait être réglementé.

C'est illogique de croire qu'on peut dire n'importe quoi et n'importe comment sur quelqu'un. Le faible, c'est M. Ward, car il choisit ses victimes, et s'attaquer aux riches et célèbres est plus risqué que s'attaquer aux gens qui n'ont pas toujours les moyens de payer un procès pour diffamation et discrimination.

Jacques André Fortin

Dolbeau-Mistassini

Elle est loin l'époque des Glorieux !

Depuis une dizaine d'années, je perçois le Canadien de Montréal comme une équipe qui carbure trop à l'émotion et qui est des plus fébriles. Un jour, voilà des joueurs invincibles, conquérants et redoutables pour leurs adversaires et le lendemain les voici abattus, vulnérables avec des têtes de perdants blessés, subissant des séries de défaites désolantes. Pourtant la formation a connu un début de saison remarquable avec une série de victoires consécutives, se rapprochant ainsi d'un record de la ligue.

Mais, ces temps-ci, nos joueurs sont de vrais perdants. La dernière conquête de la coupe Stanley de ladite équipe remonte à 1993, faut-il le rappeler. C'est loin!

Elle est donc bien loin la belle époque des Cournoyer, Richard, Savard, Lafleur, où on remportait coupe après coupe. Et ces joueurs remplissaient le Forum et les gradins des arénas de la LNH. Des super vedettes! Du talent à revendre!

C'était l'époque de nos Glorieux et la plupart parlaient français. Maintenant, la presque totalité des joueurs du Canadien de Montréal provient de partout sur la planète, sauf de chez nous.

Le dernier grand joueur québécois en liste, ne fut nul autre que Patrick Roy. Tiens donc! Et c'est grâce à lui, en grande partie, à qui on doit la dernière conquête de la Coupe Stanley il y a 23 ans. Justement, en 1993!

Yvan Giguère

Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer