«Tout va être correct»

René Angélil... (Archives La Presse)

Agrandir

René Angélil

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Que signifie cette phrase de René Angélil (l'Ange de l'Île), «Tout va être correct» ? Je ne le connais pas, mais à écouter ou lire ce qu'on a dit de lui, c'est que, pour cet homme, «the sky is the limit». Du moins sur terre, il semble qu'il ait atteint tous ses objectifs.

Il savait apprendre de ses erreurs et les transformait en réalisations. Je suis d'opinion que cet homme pensait plus en termes de réalisations qu'en termes de réussites dont l'opposé est l'échec. Se peut-il que ces deux mots, réussite et échec, ne faisaient pas partie de son vocabulaire? Pourquoi? Quelqu'un qui est motivé par la réussite a peur de l'échec. 

La peur fait arriver ce dont on a peur.

«Tout va être correct», me laisse entendre que l'homme était plus motivé par l'amour que par la peur. La peur, c'est l'absence de l'amour. 

«Tout va être correct», laisse entendre qu'il y a toujours une solution. Aussi, que tout peut être pardonné! Au-delà de toutes ses réalisations sur terre, René aura été un éveilleur de conscience. Bon retour dans le Royaume des cieux, là où il n'y a plus de limites à être heureux.

Martin Belley 

St-Nazaire

Ne pas lutter contre les pauvres

Monsieur le premier ministre,

Je ne suis pas du tout d'accord avec votre attitude à l'égard des plus démunis de notre société. Au lieu de lutter contre la pauvreté, vous luttez contre les pauvres.

C'est inacceptable de couper de moitié le chèque de ceux qui, à vos yeux, ne sont que des paresseux. Tout ça pour une poignée de dollars qui ne feront pas une grande différence pour l'équilibre budgétaire du gouvernement. Si vous croyez avoir inventé la «roue à trois boutons» pour faire travailler tout le monde, c'est une illusion.

Tout le monde ne naît pas avec les mêmes aptitudes physiques ou intellectuelles. Des personnes handicapées physiquement, c'est facile à voir. Toutefois, il y a des personnes qui ont bon pied bon oeil, mais qui n'ont aucune aptitude pour s'intégrer à une équipe de travail. 

Ils nuisent plutôt qu'ils aident. Cela ne veut pas nécessairement dire qu'ils sont paresseux.

Mon implication dans des organismes communautaires m'a permis d'observer que certaines personnes faisaient le tour du village pour se faire engager. S'ils y parvenaient, ça ne durait pas longtemps. Il y a des personnes à qui il vaut mieux fournir la maigre pitance de l'aide sociale pour qu'elles restent tranquilles chez elles.

Laissez-les se fabriquer un petit bonheur à leur mesure en s'achetant leur petite caisse de bière le premier du mois. Ils ont droit à leur Noël et à leur bouteille de vin au Réveillon. Il ne faut surtout pas faire comme une certaine animatrice de radio qui se vantait de ne plus donner à la guignolée depuis qu'elle avait vu un assisté social mettre une bouteille de vin dans son panier à l'épicerie à la veille des Fêtes.

Les assistés sociaux peuvent cependant se valoriser en faisant du bénévolat dans les organismes et ils y sont très utiles. 

Il y a deux mille ans, un grand humaniste nommé Jésus a dit: «Il y aura toujours des pauvres parmi vous.» C'est encore vrai aujourd'hui et ce sera vrai jusqu'à la fin des temps.

(...)

Des êtres humains, ça ne se comptabilise pas comme des chiffres sur une feuille de papier. Monsieur le premier ministre, veuillez réfléchir à cela.

Gaétane Langevin 

La Doré

Euthanasie

Combien de Québécois savent que la loi sur l'aide médicale à mourir légalise l'euthanasie? L'euthanasie, selon le Larousse, c'est l'acte d'un médecin qui provoque la mort d'un malade incurable pour abréger ses souffrances ou son agonie. Acte comparable au vétérinaire sur un chien ou sur un chat, poursuit le dictionnaire. 

Nos législateurs enrobent le mot euthanasie en le remplaçant par aide médicale à mourir pour ne pas faire peur au monde. 

Bien évident que personne ne veuille souffrir et mourir. Mais, depuis que le Québec est le Québec, personne n'a eu le droit de tuer son frère ou sa soeur. 

Depuis décembre, la loi légalise l'euthanasie. 

Maurice Larouche

Alma

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer