Oui aux photographes

OPINION / Je me sens bien obligé de prendre le fier parti de Daniel Côté, chef... (Photo 123rf)

Agrandir

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Je me sens bien obligé de prendre le fier parti de Daniel Côté, chef de la section arts et spectacles du Quotidien/Progrès-Dimanche, qui s'est vu désolé qu'on ne puisse permettre à un photographe de faire son métier, comme il se doit, lors d'une représentation d'un spectacle du Théâtre du Nouveau Monde (TNM) au Théâtre Banque Nationale de Saguenay (TBN) le 20 janvier dernier, que le journaliste Roger Blackburn couvrait. Et M. Côté a dénoncé cet état de fait avec raison, d'ailleurs.

Au rayon du dénigrement, on ne fait pas mieux envers un représentant de la presse écrite. Parce que le photographe d'un journal, en l'occurrence ici Rocket Lavoie, est un membre à part entière dudit journal. Un artisan essentiel à la couverture de tous événements qu'ils soient politique, sportif ou culturel. Alors j'aimerais bien que madame Annie Gascon du TNM, qui a répliqué à Daniel Côté en ces pages lundi, en prenne bonne note.

Donc je n'adhère pas du tout à son argumentaire, qui stipule que les photographes de presse ne peuvent pas prendre des clichés pendant la représentation du spectacle théâtral du TNM en tournée au Québec. Que cela risque de déranger les spectateurs. Que cela n'est pas convenable.

Mais diantre, moi qui ai fait du théâtre jadis sur les scènes de la région, j'étais le plus heureux des hommes quand se pointait un photographe à un spectacle auquel je participais. «Bienvenue, cher photographe du journal, et bienvenue monsieur ou madame le journaliste. Merci pour l'intérêt que vous nous manifestez! Allez-y, faites votre métier».

Et combien de fois ai-je remercié les journalistes du Quotidien ou du Progrès-Dimanche de montrer ainsi de l'intérêt pour une troupe de théâtre où j'oeuvrais? Imaginez une seconde si nous avions eu le front de dire au Quotidien: «Non, laissez-faire pour la prise de photos, nous en avons nous-mêmes à vous proposer». Ouf! Juste d'y penser, j'ai de grands élans de honte. Si j'étais à Montréal et que je pratiquais le théâtre en 2016, j' écrirais la même chose ici.

Alors j'aimerais rappeler à madame Gascon que le théâtre et tous les arts de représentations existent pour le public, pas juste le public qui assiste à un spectacle, mais aussi le public potentiel et éventuel qui lira une critique d'un journaliste accompagnée d'une belle photo d'un photographe professionnel et, ce faisant, qui viendra assister audit spectacle présenté au même endroit ou ailleurs, comme c'est souvent le cas ici au SLSJ lors d'un spectacle en tournée présenté dans des salles du Saguenay et du Lac-Saint-Jean. N'oublions pas que Le Quotidien et Le Progrès-Dimanche sont distribués à la grandeur de notre grande région.

Ainsi donc, je dis bienvenue, messieurs et mesdames les photographes, dans toutes les salles de spectacles de la région et du Québec. Merci de votre présence et de votre contribution à notre essor culturel.

Yvan Giguère

Saguenay

Les villégiateurs se souviendront

MM Serge Simard et Philippe Couillard,

Je suis d'accord avec le préfet André Paradis qui vous accuse de ne rien faire dans les dossiers touchant la région et la province.

Je prends pour exemple le dossier des baux de villégiature. Où étiez-vous le 4 novembre 2015 lors de la discussion sur l'augmentation onéreuse de nos baux? Vous étiez collés sur votre siège, ou vous avez joué à l'autruche en vous mettant la tête dans le sable pour ne rien voir et ne rien entendre.

Vous appuyez une position qui sortira les gens de la classe moyenne de la forêt québécoise, une forêt qui leur appartient autant qu'aux personnes riches.

Continuez à dormir au gaz. Aux prochaines élections, je suis certain que les villégiateurs, qui sont vos électeurs, vont se rappeler et se feront un plaisir de vous montrer la porte à vous et à votre gouvernement.

Daniel Potvin

Regroupement des locataires de terres publiques

Alma

Pas de casino au SLSJ

Loto-Québec tient à réagir à la chronique de Bertrand Tremblay publiée le 15 février 2016 dans Le Quotidien. Le chroniqueur indique qu'à la suite d'une séance du Cercle de presse à laquelle Mgr André Rivest a participé, ce dernier aurait révélé que la seule offre d'achat sérieuse qui aurait été faite pour sauver l'église Saint-Édouard de la démolition était liée à l'établissement d'un casino.

Contrairement à ce qui est avancé dans l'article, Loto-Québec n'a pas envisagé d'ouvrir un salon de jeux ni un casino au Saguenay-Lac-Saint-Jean, et n'a déposé aucune offre d'achat pour faire l'acquisition d'un bâtiment.

Par ailleurs, rappelons que la Société a récemment rénové les casinos de Montréal et du Lac-Leamy. D'importantes réfections seront aussi entreprises au Casino de Charlevoix afin que l'établissement demeure un lieu de divertissement de prédilection.

Patrice Lavoie

Loto-Québec et ses filiales

Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer