La nécessité de savoir

Selon des disciples du dieu pétrole, le transport de ce dernier serait plus... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Selon des disciples du dieu pétrole, le transport de ce dernier serait plus sécuritaire par pipeline que par train.

Peu importe la façon de le transporter, une fuite de pétrole est potentiellement catastrophique. Pour preuve, la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic, qui a provoqué le déversement de 100 000 litres de pétrole brut dans la rivière Chaudière, effluent du lac Mégantic, qui se déverse, à son tour, dans le fleuve Saint-Laurent, vient de nous livrer le résultat d'une étude scientifique commandée par le gouvernement du Québec sur la faune aquatique de la rivière Chaudière.

Par rapport à des données de 1994 où les taux d'anomalies des poissons (lésions de la peau, déformations, érosions des nageoires, tumeurs, etc.) étaient à peu près nuls, ceux-ci ont augmenté jusqu'à 35 à 45% un an après le déversement.

Selon les scientifiques, une hausse de 5% des poissons ainsi affectés indique une contamination par substances toxiques. Les taux d'anomalies observées chez la faune de la Chaudière dépassent de beaucoup ceux des autres rivières du Québec et l'abondance du poisson y a décliné de 65% comparativement aux données d'avant la catastrophe.

Tout cela parce que 100 000 litres se sont déversés dans une rivière. Qu'adviendra-t-il si une fuite de pétrole brut survient dans le pipeline Énergie Est, si la compagnie TransCanada finit par construire un pipeline à travers le Québec, traversant jusqu'à 800 cours d'eau? Malgré tous les discours rassurants des promoteurs et de ceux qui les appuient, et malgré les dispositifs de sécurité qu'on pourra inventer pour empêcher les fuites, dans un pipeline qui transportera 100 000 litres de pétrole sale albertain à la minute, c'est certain qu'il y en aura. La contrainte appliquée à la paroi des tuyaux sera énorme. On comprend mieux, avec les études que nous rapportent les scientifiques, pourquoi les tenants du tout-au-pétrole albertain, comme les conservateurs de Stephen Harper, ont tenu, à ce point, à museler les scientifiques pour nous cacher la vérité.

Marcel Lapointe, Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer