L'amour ou les armes?

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau... (Archives PC)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Le retrait direct du Canada de son armée contre l'État islamique fait couler beaucoup d'encre.

Plusieurs personnes approuvent ce geste en disant que c'est une tactique intelligente de la part du gouvernement Trudeau qui, en faisant cela, nous protège justement du courroux de ces fous de dieu. Ces mêmes personnes professent que c'est en attaquant les terroristes que tu fais grossir la horde de ces monstres, encourageant ainsi la haine à l'encontre de l'occident. Quelques-uns franchissent la ligne de démarcation en disant qu'au bout du compte, les véritables responsables de toute cette fureur guerrière, de ces assassinats de masse, de ces attentats sanglants, de cette terreur généralisée, sont à la base l'exploitation par les gouvernements occidentaux, impérialistes et matérialistes.

Tant qu'à moi, tous ces raisonnements sont de la pure folie, de la naïveté qui ne fait que nous mettre en position de faiblesse, tuant notre propre volonté de nous défendre contre ces terroristes.

On est tous pour la paix et l'amour sans chicane parce que cela sonne bien dans nos oreilles et qu'à la limite, c'est par l'amour que tu convaincras ces terroristes à changer, mais, comme on dit en langage populaire, lorsque tu fais face à quelqu'un qui ne veut que t'arracher la tête, il n'y pas grand-chose à faire sauf se défendre.

Souvenons-nous de la Seconde Guerre mondiale, lorsque Hitler a commencé son annexion des premiers pays Pologne et Tchécoslovaquie, les autres pays du monde ont été très lents à réagir, laissant le champ libre à ce dictateur qui a pu continuer ses annexions à la vitesse de l'éclair et grossir l'ascendance sur son peuple.

Les historiens de guerre le disent : si tous, au départ, s'étaient donné la main pour tuer dans l'oeuf les vues hégémoniques et démoniaques de Hitler, des millions de morts auraient sûrement été évités. En tergiversant, en ne voulant pas se mêler de la chicane, en ne travaillant pas ensemble, les autres pays du monde ont laissé la voie libre à Hitler jusqu'à ce qu'il vienne à un cheveu d'être le dominateur du monde en entier.

Malheureusement, il a fallu des bombes, des mitraillettes, des avions de chasse et des soldats morts sacrifiés à la tonne pour garder cette démocratie si chère à nos yeux en vie. Cette démocratie est loin d'être parfaite, j'en conviens largement, mais elle est sûrement mieux qu'une vie sous un régime de terreur qui a comme seul et unique but la totale adhésion aux vues islamiques qui n'ont de cesse que la domination totale de la terre sous le joug islamique.

Voilà le réel adversaire que nous devons combattre malheureusement avec la guerre. Et cela va prendre une volonté commune de tous les pays démocratiques du monde sans exception, un esprit de corps, si on veut endiguer cette folie terroriste et non pas une politique d'autruche.

Jean-Marc Girard, Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer