Les gardiens de notre histoire

Laurent Thibeault... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Laurent Thibeault

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Monsieur Laurent Thibeault, C'est avec grand intérêt que j'ai lu cet article que vous faisiez paraître le vendredi 15 janvier dans les pages de ce journal.

Vous avez su montrer l'importance et le rôle indispensable que joue la Société historique du Saguenay (SHS) dans la conservation de notre histoire régionale et de notre patrimoine. Franchissant allègrement le temps et l'espace qui nous séparent, Mgr Victor Tremblay, son fondateur, doit jubiler d'aise.

Quelqu'un disait qu'«oublier son histoire, c'est comme ne pas en avoir du tout». Avec bonheur, vous avez énuméré toutes ses grandes réalisations et j'acquiesce avec empressement et reconnaissance. Vous dites aussi que «la SHS a toujours été sur la première ligne pour brandir les pancartes de la contestation judicieuse pour livrer notre histoire régionale et protéger notre patrimoine».

Sur ce point toutefois, vous me permettrez de mettre un bémol. J'affirme que dans les années 2001 et 2002, lors du douloureux épisode du choix du nom à donner à la nouvelle ville, notre société historique n'a pas pu jouer en toute liberté ce rôle de défenseur de notre histoire et de notre patrimoine qui lui était dévolu. C'est ainsi que le nom de Chicoutimi, notre ville-centre, principal foyer de notre développement commercial, industriel, religieux, éducatif et social a été pratiquement relégué aux oubliettes de l'Histoire.

Je manquerais d'espace pour rapporter tous les commentaires de toutes les sommités d'ici et d'ailleurs, historiens, anthropologues, auteurs et chroniqueurs qui, en termes non équivoques, ont relevé ce qu'ils ont appelé une grave erreur de parcours. Dans une de ses chroniques, M. Serge Bouchard, sans doute le plus illustre de nos anthropologues, disait: «Si Saguenay veut dire grande chimère, Chicoutimi signifie profonde vérité.» (Québec-Science, no. déc. 2011-janv. 2012, p.50.)

Loin de moi l'idée de vous mettre en cause, M. Thibeault, car je sais fort bien qu'à cette époque vous n'étiez pas à la direction de notre société d'histoire. Pour votre gouverne, je dois vous rappeler qu'à l'époque dont il est question, M. Jean-Jacques Hudon, alors président de la SHS, considérant l'histoire et le rôle que cet organisme était parfaitement habilité à jouer, avait fait adopter une résolution, d'ailleurs adoptée à l'unanimité, pour qu'on écarte définitivement le toponyme Saguenay comme nom de la future ville regroupée.

Peu après, certains administrateurs, revenant sur leur parole même, s'étaient carrément ligués contre M. Hudon pour le faire démissionner muselant au passage cet intervenant majeur qu'était la SHS. J'éviterai de nommer la personne qui avait été l'instigatrice de cette volte-face. M. Hudon pourrait encore mieux que moi relater ces tristes événements.

Encore une fois, M. Thibeault, merci pour cet article et longue vie à la Société historique du Saguenay.

André-R. Gauthier, Mouvement Chicoutimi-Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer