Un modèle visionnaire

Mise en place afin d'assurer l'équilibre entre les producteurs et les... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Mise en place afin d'assurer l'équilibre entre les producteurs et les acheteurs, la gestion de l'offre s'est abondamment invitée dans le débat public dans le contexte de la dernière campagne électorale et de la signature de l'entente de libre échange du Partenariat Trans-Pacifique(PTP).

En bout de course, après avoir entendu le pour et le contre, s'être fait traité «d'illettrés économiques» par le député Maxime Bernier, une grande question demeure. Nous sommes à contre courant des grandes théories économiques qui prédisent que la libéralisation des marchés et le libre échange, vont forcer nos entreprises à être plus compétitives, stimuler l'économie, créer davantage de richesses, une meilleure égalité des chances pour tous...Sauf qu'à l'usage les promesses ne sont pas au rendez-vous; le libre marché ne règle pas tous les problèmes, les dommages collatéraux sont nombreux et difficiles à prévoir.

Rappelons que le texte final de l'entente du PTP contient plus de 6 000 pages. «La globalisation des marchés augmentent la volatilité des prix et expose les producteurs à des sources de risques supplémentaires sur lesquels ils n'ont pas ou peu de contrôle». De plus, elle favorise la formation de grands conglomérats «incapables de s'autoréguler» où les intérêts financiers priment au détriment des conditions environnementales, humaines et sociales et de la dynamisation de nos communautés rurales. L'exemple de la Nouvelle Zélande est probant, elle qui est en grande partie responsable des surplus mondiaux de lait qui occasionnent des pertes énormes de revenus pour tous de producteurs de la filière comme quoi un développement à l'aveugle sans considération de l'impact sur les marchés, peut causer beaucoup de dommages.

De toute évidence, loin d'être un modèle passéiste ou rétrograde, la gestion de l'offre constitue un modèle d'avenir et avant-gardiste; une composante moderne, complexe, intégrée et concurrentielle sur le plan international.. Afin d'éviter que l'on gruge petit à petit la gestion de l'offre à chaque signature d'entente de commerce international, il serait grand temps de suivre l'exemple de «l'exception culturelle» entérinée par 117 pays et de faire de la gestion de l'offre une disposition reconnue en droit international. D'autant plus que l'agriculture et l'alimentation constituent des éléments qui depuis toujours ont contribué à façonner la culture profonde des peuples et que le droit à la souveraineté alimentaire des nations est de plus en plus à l'ordre du jour. Ce qui nous empêchera pas toutefois, d'axer nos échanges sur des produits d'exclusivité, comme les produits de l'érable ou du bleuet ou encore des produits où nous avons développé un savoir faire exceptionnel , tout en prévenant les impacts négatifs sur la production locale des nations hôtes.

Raymond Rouleau, producteur en serres au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer