Appel au maire

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Je ne mélange jamais mon métier d'intervenante sociale à Loge m'entraide avec mes convictions religieuses. Aujourd'hui, je prends donc ma plume à titre personnel après avoir lu dans cette même rubrique, votre texte «Que Dieu vous bénisse». C'est donc avec la foi qui m'habite que je ressens le besoin de vous parler coeur à coeur, à l'homme croyant, celui derrière le maire.

Vous écrivez: «Noël c'est la fête de tout le monde (...). Il y a toutefois des personnes qui ne peuvent pas y participer parce qu'elles sont seules (...) ou abandonnées. Même si ce n'est pas réaliste, ce serait merveilleux si elles pouvaient avoir un répit de 24 heures pour venir nous trouver.»

L'état intérieur dans lequel Noël nous plonge dans des élans d'intentions sincères envers les personnes seules ou abandonnées, s'actualise pour ma part, 365 jours par année. OEuvrant auprès de ces gens, ils manifestent leurs besoins de pouvoir être logés décemment.

Ils vous ont récemment demandé «un répit de 24 heures», souhaitant être invités autour de votre table pour expliquer leur projet de Coopérative d'habitation la Solidarité. Ils se sont même rendus le 8 décembre 2015 devant votre bureau, avec 70 000$ récoltés en dons, sans que personne ne les accueille. La seule chose qu'ils ont reçue à ce jour: une lettre de refus sur une feuille de papier.

Je sais bien humblement et sans porter de jugement qu'il vous aurait été possible, en tant qu'homme de foi, de faire une différence dans leur coeur sans forcément prendre d'engagement officiel. Ici, je ne parle pas d'argent, ni de budget, ni de projet. Je parle d'un geste d'ouverture, d'accueil et de solidarité qui aurait pu faire goûter à ces coeurs esseulés, cette «joie de Noël» dont vous faite référence dans votre texte.

Vous terminez en écrivant: «Je me sens supporté et je désire transmettre la force qui m'anime à tous mes citoyens en leur souhaitant d'être heureux». Avec la force qui m'anime à mon tour, plus qu'un simple souhait, je compte sur vous pour partager «la joie de Noël» aux personnes seules et appauvries qui aspirent elles aussi de par l'aide qu'elles vous réclament, à «une vie heureuse».

Sonia Côté, Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer